La Crypte

Question pour un champion Cinétrange. Top départ… Je suis un film d’épouvante spéléologique. Je date de 2005. Je suis… Je suis… Hé non, Jeannette, bien essayé mais ce n’est pas The Descent. Il y a de fortes présomptions que vous répondriez tous de même, et de fait, sortit au coude à coude avec le film de Neil Marshall, La Crypte s’est complètement perdue dans ses galeries souterraines.

Dans la chaîne des Carpates, une petite bande de pilleurs se retrouve ensevelie sous une église du treizième siècle aux fresques et mosaïques assez sinistres. Trente ans après l’éboulement, une équipe de plongeurs spéléologues professionnels avec matos de pointe est dépêchée sur ce lieu pour explorer une caverne immense. L’église était une porte d’entrée sur une « Salle des Titans », point de départ d’un réseau qui s’étend sur des kilomètres de galeries noyées. Le premier éclaireur jette une tête de pont, mais la communication avec celui-ci étant rompue, la fine équipe se rend à sa recherche. Elle se retrouve bloquée à un kilomètre six sous la surface, la galerie d’entrée bouchée. Dans les siphons, une chaîne alimentaire en vase clos s’est développée. Comme c’est un jour sans, au-dessus de la chaîne dominent des gargouilles qui chassent par écholocation comme les chauves-souris. Toutefois elles sont vachement plus balaises que les pipistrelles ! Ce sont des bestiaux hauts de trois mètres avec un air très Pitch Black. D’ailleurs, Cole Hauser est de la partie (le chasseur de primes toxico sans foi ni loi dans l’épatant actioner S-F d’épouvante de David Twohy). Plongée dans un environnement hautement hostile.

Il serait vain de comparer les deux métrages. N’y cherchez pas la grande trouille, La Crypte (The Cave) jouant plus la carte de l’action et l’atmosphère. Loin d’être aussi éprouvant que le cri primal de Marshall, la série B du jour est le film moyen en tout dans ses grandes largeurs. Bruce Hunt s’est contenté du Manuel illustré du Classicisme dans le Monster-Movie et n’a pas cherché plus loin. De plus, ça vise clairement l’interdiction aux moins de douze ans : Zéro gore. Ils ont sucré « à la frappe » tous les éléments chocs prévus. Les pipistrelles géantes ont un bon petit design caractéristique de Patrick Tatopoulos avec une bonne tête d’Aliens, toutes dents en avant, encore faut-il les distinguer dans toute cette obscurité. Le scénario fut écrit entre 1994 et 1995, il aura donc fallu dix ans pour le concrétiser. Il offre ses quelques surprises gentillettes et un brin de suspense (la scène de l’escalade). Il serait cependant trop commun si ce n’était une idée originale basée sur l’infection parasitaire, plutôt survolée sauf pour une conclusion surprenante. Très bon point, les acteurs se sont physiquement dépensés et dépassés pour représenter l’univers peu connu de la « spéléo-plongée », un métier à haut risque. C’est peu de le dire, la mortalité étant très élevée. La Crypte rend hommage à ces aventuriers.
 
La Crypte (The Cave) de Bruce Hunt avec Cole Hauser – Morris Chestnut – Eddie Cibrian – Rick Ravanello – Marcel Lures –  Lena Headey – Piper Perabo – Kieran Darcy-Smith

0 commentaires sur “La Crypte”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *