Damned et Flander’s Company

Parlons de Flander’s.
Le truc qui me bouffe mon temps libre.

« Nous servons le mal, et nous le servons bien ! »

C’est la devise de cette entreprise spécialisée dans le recrutement de Super Vilains !

C’est venu comment ?
Je pense que ça date de Damned 3 : Cursed, avec les vampires de la Flander’s Company, Ça n’avait pas grand chose à voir avec le projet actuel, mais dès Damned 3, on avait imaginé des capitalistes du mal. Un thème qu’on retrouve dans la série Angel, d’ailleurs.

Tu campes le rôle de Caleb, un chercheur qui cherche surtout au fond de sa mug de café.
Un rôle assez anecdotique pour me permettre de me focaliser sur la technique mais assez crétin pour me faire plaisir.

Jouer la comédie c’est dur ? Je pense au timing comique.
Très, ce n’est pas inné et on n’est pas des pros.

Il est coutume de dire que faire rire est une des choses les plus difficiles.
C’est drôle, moi, je crois le contraire. Le comique, j’ai toujours trouvé qu’à notre niveau, c’était le genre le plus accessible. Pour être vraiment bon, là, c’est autre chose en effet, faut vraiment bosser à mort. Ne pouvant pas consacrer tout notre temps à nous améliorer, on est contraint à faire des compromis. Mais on fait vraiment de notre mieux sur Flander’s. J’espère que cela se voit.

Le format est moins contraignant que pour les Damned en tout cas.
En partie. Uniquement pour les facilités de tournages, en fait.

Ils demandent beaucoup plus de temps et d’efforts.

Damned, c’est casse tête pour avoir les gens, C’est là, la contrainte. Si on était tous rentiers et sur Paris, on tournerait trois épisodes par an. Mais on bosse tous et les 2/3 des acteurs vivent ailleurs et ça, c’est la merde, pardonnez moi l’expression. Sur Flander’s, on se prends deux jours par mois pour tourner deux, trois épisodes. Mais en terme de boulot c’est l’hallu : j’en suis, en un an, à 90 minutes de programme fini, 120 pages de scénario, 20 K7 DV remplies… Que sur Flander’s.

Prenons Damned en comparaison. Parlons technique et chiffres.
Un épisode de Damned, c’est quarante pages de scénario, une dizaine de K7 DV.

Un scénario de Damned te demande combien de temps à écrire ?
Difficile à dire, je les retravaille souvent. Disons un mois d’été plus les modifications mais pas à temps plein.

Concernant le tournage proprement dit ?
C’est trop morcelé pour l’estimer. Je dirais douze jours en gros, répartis en week-ends.

Tu retournes beaucoup les scènes ? Tu te couvres avec plusieurs caméras ?
Ce n’est pas constant, mais c’est toujours une seule caméra. Pas le choix ! On fait vraiment tout avec peu de matériel.

Durée du montage, à peu près ?
Je peux passer deux jours à détourer une scène de quelques secondes, ça me demande beaucoup de temps. Impossible de vraiment compter. Il vaut mieux pas d’ailleurs, je me tirerais une balle.

Avez-vous un graphiste sur vos projets ?
Plusieurs dessinateurs pour les jaquettes. Les copains doués, c’est cool. Mais je suis toujours en rade de techniciens. Je dois tout élaborer tout seul : c’est ma malédiction.

Vous n’avez jamais pensé à décliner l’univers en bande dessinée ? Vous pourriez vous lâcher encore plus.
Si. Je suis dispo au scénario. Il faut un bourrin au dessin et un éditeur après. (NDLR : Ankama Editions ?)

Quels conseils peux-tu donner à ceux qui veulent suivre la voie amateur en France ? C’est le mot, même s’il est trop utilisé dans un sens dépréciateur.
Amusez vous ! Et surtout, ne vous prenez pas au sérieux. Choisissez bien avec qui vous travaillez, soyez sur la même longueur d’onde et n’oubliez pas que pour mener un projet à bien, il y a tout un travail en amont à régler avant de courir dans les prés avec une caméra.

Une question essentielle : Quelles sont les qualités pour être un bon sbire ?
Tu verras avec l’épisode 17 de la Flander’s Company qui passe le 20 juin sur Nolife. La Sbire Academy.

C’est noté ! Vous n’aviez pas déjà fait un Sbire Aca ?
Certes, sous le coup de l’impro. La nouvelle mouture pour la Flander’s est quand même plus sympathique et dure neuf minutes. C’est un remix travaillé du sketch original avec une Clémence et un Mr Kim à 100% ! Sinon, les épisodes de Damned et Flander’s Company sont disponibles sur notre site et Dailymotion.

Je laisse le micro ouvert. Si tu as des révélations ultimes ou des anecdotes croustillantes de tournage à raconter, vas-y.

J’en ai une mais il me faudrait deux heures et beaucoup de clopes pour la raconter.

Je crois que nous avons fait le tour de dix ans de travail ; ce ne fut pas chose aisée.
C’est pas faux.

Je te remercie de ton temps consacré en tout cas.
Y a pas de quoi. C’était rigolo.

Propos recueillis par Udéka

(*) : Liste des épisodes

Saison 1
Damned I : Les Flammes du Sabbat
Damned Again
Damned 3 : Cursed
Damned 4 : Requiem

Saison 2
Damned Next 5.1 – Come Back
Damned Next 5.2 – Blow Up
Damned Next 6.1 – Gathering
Damned Next 6.2 – Conspiracy

Addenda : Après que cette interiew ait été réalisée, Nolife coupe l’antenne le vendredi 13 juin à 19H30… pour de faux ! En réalité, la chaine annonce, non pas son arrêt, mais son partenariat avec Ankama (financement partiel) ceci pour compenser l’absence de publicité. Ankama, qui regroupe Ankama Web, Ankama Editions et Ankama Games, est une entreprise touche-à-tout qui n’a pas peur de s’investir dans le manga français et le jeu en ligne avec un succès sans cesse croissant.

8 commentaires sur “Damned et Flander’s Company”
  1. Très très bon travail Udéka. Ça mérite toutes mes félicitations pour avoir accompli ce challenge haut la main.
    J’aime beaucoup tes articles: concis, facile à lire, humoristique avec parfois une légère touche ironique, juste ce qu’il faut. Ne nous en prive pas ^^. Je te soutiens à fond.

  2. Très bon article sur un sujet génial. Je suis Damned depuis le 5.1 et personnellement je trouve que le scénario est bien, les effets spéciaux déchirent et on s’amuse bien en le regardant.
    Flander’s Company est fait dans le même moule et donc c’est aussi drôle.

    Si jamais Ankama est ok pour adapter en manga, j’achetérais quelque soit le format ^^

  3. Merci pour tant de compliments, Namoko. Par contre, je ne sais pas si le rédac chef partage ta notion sur mes articles concis vu les pavés que je lui soumet à chaque fois.

    Merci également Virgo. Concernant l’édition, c’était une idée personnelle qui me semblait assez bien vue après coup. Si ça se trouve, ça peut inspirer des personnes-clés.

  4. ah tiens mon commentaire n’a pas été publié ?

    Que dire à part que je suis les guardians depuis un bon bout de temps déja et que je ne manque pas de les faire partager à mes amis avec toujours la même émotion (surtout quand clem arrive :-))

    je trouve l’interview une super idée car c’est vrai qu’on est toujours en quête d’informations sur les débuts et tout et tout, et qu’un jour on réalise son rêve d’en faire partie !

    Bonne continuation

    Djseb alias superman

  5. Navré, ton commentaire datant du vendredi 11 juillet a effectivement été vaporisé. Inexplicable technologie.
    J’en ai gardé trace :

    « Franchement, ca laisse rêveur tout ca, moi qui suit quasiment depuis le début, j’en apprend tous les jours un peu plus !

    Félicitations à toute la bande et merci d’avoir réalisé mon rêve de tourner avec vous !

    En tout cas chapeau à Sinji qui n’a jamais eu la grosse tête et qui sait nous recevoir comme ses amis, ca fait toujours très plaisir 😉

    djseb alias superman »

  6. Bonne nouvelle. Ca veut dire qu’il a une trace de notre dernière soirée bière, celle où Jérôme récitait l’alphabet en rotant (jusqu’à la lettre F).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *