John From Cincinnati 3


N’ayons pas peur des mots, cette nouvelle série HBO (The Wire, Rome, Deadwood, Six Feet Under, The Sopranos…), signée par David Milch, créateur de Deadwood, et Kem Nunn, auteur de polars mystiques hardcore situés dans l’univers du surf (Surf City, Le Sabot du diable…), est sans doute ce qui se fait de mieux à l’écran en ce moment. Actuellement diffusée sur TPS Star, elle est composée d’une seule saison de 10 épisodes qui ne connaîtra pas de prolongations, suite à l’accueil plus que tiède que lui a réservé le public américain.

L’action se déroule à Imperial Beach, Californie, une petite ville à la frontière du Mexique, peuplée de surfeurs, et entourée de paysages désertiques. Mitch Yost, légende du surf des 70’s, a dû renoncer à la compétition de nombreuses années auparavant, suite à une grave blessure du genou. Partagé entre soul surfing et méditation mystique pour lutter contre ses démons internes, il est désormais le patriarche sec et relativement absent d’une famille profondément dysfonctionnelle. Sa femme, Cissy, est une véritable boule de nerf hystérique, en permanence aux frontières de la dépression. Son fils Butchie, après un passage éclair au sommet de la compétition, a sombré dans la drogue dure et la déchéance, et squatte un motel désaffecté à quelques kilomètres de là. Son petit-fils, Shaunie, 13 ans et tout aussi exceptionnel surfer que le reste de la famille, né d’une liaison entre Butchie et une porn-star disparue, est désormais sous sa tutelle, son père biologique étant dans l’incapacité de l’élever convenablement.

Dans leur sillage, toute une galerie de personnages à peu près aussi paumés : Bill Jacks, ancien officier de police solitaire persuadé d’entretenir une liaison télépathique avec son perroquet, Linc Star, personnage cynique et ancien sponsor de Butchie, Kaï employée du surfshop de la famille Yost, Vietnam Joe, vétéran d’une guerre dont il n’est jamais vraiment revenu, et enfin, John Monad, simple d’esprit débarqué de nulle part, qui va devenir le catalyseur du drame à suivre.

Les plus attentifs l’auront déjà remarqué, l’ambiance n’est pas à la fête, et les clichés du « surfeur beau gosse à qui tout réussit » s’en prennent violemment plein la gueule. Adeptes de divertissement léger ou d’action et d’explosions non-stop passeront leur chemin, on est ici dans l’univers meurtri de Kem Nunn, composé de personnages puissants, d’ambiances poisseuses aux frontières du surnaturel, et de situations désespérées.

Porté par une mise en scène léchée, une bande-son irréprochable, et une distribution exemplaire, John from Cincinnati ne sombre pour autant jamais dans le pathos misérabiliste ultra-réaliste, bien au contraire. Car dès le premier épisode, le fantastique fait rapidement son apparition, et déclenche une série d’évènements dont on ne sait jamais trop comment on est censés les interpréter. Comme dans Twin Peaks, il faut donc accepter de se laisser porter par le flot, pour appréhender ce qui fait tout le sel de la série : une ambiance de fin du monde morbide, peuplée de personnages étranges et de situations insolites, qui laisse rapidement envoûté.

Plus d’infos ici


A propos de Damien

vivant à Grrrr noble, il est le seul vrai authentique journaliste de la bande. Au courant de tout avant tout le monde, notamment en ce qui concerne les modes musicales électro-low tech d’Afrique subsaharienne, nous lui sommes éternellement redevables de nous avoir fait découvrir Die Antwoord. Damien est aussi l’inventeur du lolcat.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “John From Cincinnati

  • Damien

    Oui, plus des rescapés de Mariés deux enfants, The Wire, Terminator : The Sarah Connor Chronicles (série très honnète soi-dit en passant)…