Zombies Stars


Cinq jeunes gens participent à l’émission « body stars », une sorte de starac de la forme physique pour avoir des corps de rêve. Mais un mystérieux scientifique les a dopé avec une étrange potion, qui les transforme en zombies mangeurs de chair humaine. Cela contrarie fortement le manager et le coach fitness.

Zombie Stars a été tourné il y a 5 ans et ne sera disponible que pour Halloween de cette année. Tourné dans l’allégresse et l’amateurisme le plus complet, le film sent bon la série Z et le délire assumé. On n’est pas loin de l’univers coloré de Richard J. Thomson. Le film montre successivement les pérégrinations de plusieurs groupes : les zombies stars, le producteur et le coach, et un petit bataillon de combattants sortis tout droit d’un film d’héroïc fantasy. Les morts-vivants, habitués aux villes, font ici une incursion dans la campagne marseillaise avé l’accent, ce qui ne manque pas de charme. Si Romero critiquait la société de consommation, on aurait pu pensé que Zombies Stars critiquait les jeux de télé-réalité, mais ce n’est guère qu’un prétexte.

Tous les personnages sont proches de l’hystérie dans leurs comportements et leurs dialogues. Ca devient parfois agaçant, notamment pour le personnage du Dr. Stunrone, joué par le réalisateur, qui en fait des tonnes dans la caricature du type sous acide. Certains « héros » sont assez rigolos, notamment Mad Max 34 et Heavy 38, spécialiste en armes sado-maso ou expert en défécation atomique.

Les effets spéciaux, bien que rudimentaires, remplissent tout à fait leur office. Scherer est à nouveau dans le coup et le plus impressionnant reste les scènes de bouffe où les zombies font des efforts pour arracher des chairs élastiques. Beurk.

Malgré l’aspect brouillon de l’entreprise, le film séduit justement par son côté bordélique. Il part dans tous les sens et se finit par des duels où le sang gicle avec bonheur. Il aurait gagné à être un peu moins long (1h20 quand même!) car certaines scènes dialoguées finissent par lasser.

Si les tripes à la mode marseillaise vous disent, le film sera disponible en téléchargement libre à partir de Halloween, c’est-à-dire le 31 octobre sur la page Myspace du film.

Réalisé par Caroline Coulié et Didier Garcin.


A propos de Jérôme

toute-puissance mégalomaniaque, oeil de Sauron, assoiffé de pouvoir et d’argent, Jérôme est le father de big brother, unique et multiple à la fois, indivisible et multitude, doué d’ubiquité. Il contrôle Cinétrange, en manipulant l’âme des rédacteurs comme des marionnettes de chiffons. Passionné de guerre, il collectionne les fusils mitrailleurs. Le famas français occupe une place d’exception dans son coeur. C’est aussi un père aimant et un scientifique spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Pour faire tout cela, il a huit doppel gangers, dont deux maléfiques. Il habite au centre du monde, c’est-à-dire près de Colmar.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *