Vettaiyadu Vilaiyadu, l’inspecteur Harry tamoul 3


On l’oublie souvent, l’Inde ce n’est pas que Bollywood et Shah Rukh Khan, c’est aussi la communauté tamoule. Eux aussi produisent leurs propres films avec leur propre langue et ils ont leurs propres héros.

Alors que les occidentaux portent aux nues les physiques athlétiques de Brad Pitt (visage carré, muscles saillants, carreaux de chocolat abdominaux, barbe de 3 jours), le héros-policier de Vettaiyadu Vilaiyadu se situe à l’extrême inverse. Joufflu, moustache de plombier, quelque peu ventripotent, yeux globuleux, difficile pour nous d’imaginer qu’il constitue le fantasme féminin par définition. Et pourtant, l’acteur Kamal Haasan convainc grâce à son charisme. Si physiquement il n’a pas que des avantages, il s’en sort super bien pour tout ce qui est baston et distribue des coups de pied et de main presque aussi vite qu’un Jet Li.

Le film propose une enquête policière assez classique avec, tout de même, quelques meurtres très violents. La première victime est en effet violée avant d’être défigurée, tuée et ensevelie. Son index sera suspendu devant la porte d’entrée de ses parents. Chose étrange, le cadavre dénudé est mosaïqué, de même qu’il manque certains « fuck », devenus silencieux. Les censeurs indiens veillent dirait-on… L’inspecteur Raghvan, connu pour son efficacité, est mis sur l’enquête qui le mène jusqu’aux USA, sur la trace d’un tueur qui a opéré de la même façon à l’étranger.

Comme dans tout film indien, l’intrigue ne progresse que lentement à cause des nombreuses digressions romantiques. Nous suivons en effet un début d’histoire d’amouteur entre Raghavan et une jeune fille suicidaire (elle aussi d’origine tamoule) rencontrée dans un hôtel à New York par hasard. Hasard qui fait bien les choses, donc !

Raghavan est un « héros » très local dont les méthodes se rapprochent de celles d’un Inspecteur Harry. Il n’hésite pas à tirer pour tuer. Sa femme ayant été assassinée, il ne se prive pas d’aller massacrer tous les coupables sans autre forme de procès. Ce qui ne semble pas déranger qui que ce soit. Vers la moitié du film (qui dure 2h50), Vettaiyadu Vilaiyadu prend un tournant quand nous apprenons l’identité des tueurs. Ces deux jeunes éphèbes aux longs cheveux, psycho-killers totalement atteints, se mettent à se trémousser et à se déhancher sur du hip-hop tendance, accompagnés de donzelles peu vétues et dont la chute de reins semble attirer irresistiblement la caméra et son grand angle. Il reste à Raghavan à choper les deux vilains types, qui jouent au chat et à la souris, parsemant encore la ville de quelques cadavres. Comme on s’en doute, le super-policier ne va pas faire dans le subtil et envoyer les méchants six pieds sous terre et non au poste de police.

Le dvd est disponible en France chez Bollywood Univers.

Le site officiel www.vettaiyaaduvilaiyaadu.com

Réalisé par Gautham. Avec : Kamal Haasan, Jyotika, Kamalini Mukherjee, Prakashraj


A propos de Jérôme

toute-puissance mégalomaniaque, oeil de Sauron, assoiffé de pouvoir et d’argent, Jérôme est le father de big brother, unique et multiple à la fois, indivisible et multitude, doué d’ubiquité. Il contrôle Cinétrange, en manipulant l’âme des rédacteurs comme des marionnettes de chiffons. Passionné de guerre, il collectionne les fusils mitrailleurs. Le famas français occupe une place d’exception dans son coeur. C’est aussi un père aimant et un scientifique spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Pour faire tout cela, il a huit doppel gangers, dont deux maléfiques. Il habite au centre du monde, c’est-à-dire près de Colmar.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Vettaiyadu Vilaiyadu, l’inspecteur Harry tamoul