Le Saint Bâtard

Ne s’inscrivant dans aucun genre en particulier, le film de Matthieu Giovanardi puise pourtant dans différentes inspirations. Il débute de manière extrêmement glauque en présentant une bande de junkies squattant une sorte de garage désaffecté. Au bout du rouleau et plus vraiment en possession de ses moyens, une jeune femme tue son bébé… Avec un marteau ! Si l’aspect grotesque de cet infanticide est évident, la scène est assez réaliste et dérangeante.
Changement de décor. Nous sommes dans la rue, la nuit. Nous faisons la connaissance de « Z », un homme de main de la mafia locale. Celui-ci doit attendre une mystérieuse livraison. Mais lorsque le livreur arrive, il est agonisant. « Z » récupère le sac et un peu plus loin, il fait la rencontre d’une mystérieuse jeune femme.

Le film fait d’abord penser à Trainspotting. Il lorgne clairement du côté du polar par la suite (un tueur, son boss mafieux) avant que la réalité ne se déforme progressivement jusqu’à tomber dans le bizarre, aux frontières du fantastique. Il est difficile de retranscrire objectivement un avis sur le film. Ce dernier s’adresse plus aux sens qu’à la raison. L’atmosphère est changeante, tout comme le personnage féminin, une sorte de fantôme vêtu de blanc sorti de nulle part. Elle séduit, puis intrigue avant de devenir réellement inquiétante. A ce titre, Vanessa Guide possède une présence envoûtante, presque hypnotisante, qui joue pour beaucoup dans la crédibilité du film.
La fin est surprenante et ouverte. On se pose des questions sur les motivations de l’auteur. Son goût pour le glauque et la violence est à l’exact opposé de cette fin lumineuse, dont on ne sait si elle tient du religieux ou d’un romantisme fantastique.

D’un point de vue technique, le film s’en sort plutôt bien, proposant des éclairages bien travaillés. On regrette cependant que l’image fasse un peu trop « vidéo » par moment.

Réalisé par Matthieu Giovanardi. Premier Assistant : Mikaël Muller-Knisy / Chef-Opérateur : Boubkar Benzabat / Son : Nicolas Bredin & Vincent Guivarch / Musique : Thibault Labey / Étalonnage : Alexandre Liebert / Cast : Vanessa Guide & Nicolas Carette

Site officiel : http://losdesperados.org/

4 commentaires sur “Le Saint Bâtard”
  1. bravo Matthieu ; l’article est bien rédigé. Continue à travailler sur cette voie ; Tu y arriveras. Je crois en TOI
    Bisous – à bientôt
    Mam

  2. Bravo Math, ça donne envie, ça a l’air terrible et l’article fait bien son effet, du vrai professionalisme…
    Pour ma part ça me rend nostalgique et me donne envie de rejouer, mais là il est clair que toi tu joues dans une autre catégorie!!Tu sembles à l’aise et maîtiser ton sujet. Encore bravo, et bonne continuation sur ce beau chemin!!

  3. Merci beaucoup pour ces commentaires ! Merci aussi à Jérôme pour cet article. La suite se prépare. Je prends du temps, mais c’est pour le meilleur.
    Pour Le Saint Bâtard, il aura sa vie en festival et après, il sera probablement mis en ligne.

    Pour ceux qui sont intéressés, il y a un forum sur le site desperados.org, n’hésitez pas à venir !

    Peace,
    Matt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *