Monsieur Méchant, de Fabrice Blin

Une petite fille est en train d’être bordée par sa maman. Le père les rejoint et fait peur à la petite : si tu n’es pas sage, Monsieur Méchant va sortir de sous ton lit ! Mais le papa est interrompu par un coup de fil de sa maîtresse… A la nuit venue, Monsieur Méchant apparaît effectivement : il a des chicots, une hache et il n’est pas content du tout. Il va devoir trancher dans le vif.

Le film de Fabrice Blin reprend la structure d’un conte classique. L’enfant est prévenu par les adultes de ne pas s’écarter du droit chemin. Il transgresse, se met en situation de danger mortel et finit par survivre in extrêmis. Ceci lui permet de tirer une morale et de sortir grandi d’une expérience imaginaire. Bien entendu, le réalisateur ne garde ici que la structure car la cible du croque-mitaine n’est pas vraiment l’enfant. Ce détournement permet à l’auteur de pratiquer un humour noir qu’il semble affectionner particulièrement. On retrouve cet esprit de vilain farceur dans son précédent court, intitulé Lobotoman, où un super-héros a comme pouvoir spécial d’être très très stupide. Ainsi il sauve un voyou qui se fait agresser par une petite vieille ! C’est court, efficace et très drôle.

De l’animation, Fabrice Blin a conservé sa précision du cadrage et l’économie de plans. Rien n’est gratuit et le récit avance tout à fait naturellement. Côté technique, l’affaire est maîtrisée de bout en bout grâce à une mise en scène sobre, sans artifices inutiles, mais qui va droit au but. On retiendra en particulier la composition musicale originale qui, grâce à ses cordes stridentes, nous place délibérément dans une fiction. L’ambiance mise en place rappelle instantanément le film d’épouvante classique. Et en ces périodes de mode survival/slasher/torture movies, le premier degré de Monsieur Méchant, du coup presque naïf, fait plaisir à voir.

2 commentaires sur “Monsieur Méchant, de Fabrice Blin”
  1. Je l’ai vu à une projo. C’est un conte à l’humour noir qui fonctionne bien… Un réal prometteur.

  2. J’ai aussi eu l’occase de le découvrir en projo et j’ai bien aimé. Techniquement, c’est bien emballé et Blin a su instaurer une vraie atmosphère à son conte, qui est cruel et inquiétant comme il se doit. Et puis ça reste au dessus de tellement de courts français…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *