Zordax II, la guerre du métal


zordax-ii-2045Zordax est le nom d’un tyran sévissant en une ère post-apocalyptique nucléaire, livrant une terre dévastée aux pires dégénérés. Parmi les survivants de cet enfer proche -2045-, un homme tente de survivre. Capturé et torturé, il devra affronter le terrible Zordax et ses sbires.

Le film est un bel hommage aux productions italiennes des années 70/80 où le thème des combats entre survivants d’un désastre atomique était récurrent, souvent sous-exploité en raison des moyens réduits alloués. Le point fort de ce court du québécois Syl Disjonk réside dans le soin porté à l’ambiance, dont la chaleur et la tonalité ocre restituent parfaitement la pesanteur. Les survivants arborent des tenues belliqueuses, pas vraiment en phase avec la chaleur probable de l’atmosphère, mais tellement sexy : veste cloutée, cagoule de cuir, bottes montantes, masque à gaz pour certains (ah, ce fétichisme résistant à toutes les batailles post-atomiques !). L’univers de Mad max n’est jamais bien loin.

Le sujet se prête malgré tout assez difficilement au court-métrage. Douze minutes laissent à peine le temps d’installer le décor, en parallèle au scénario forcément minimaliste. Le court-métrage doit en général compenser ce délai de narration par des artéfacts contextuels ou visuels ayant un maximum d’impact. On les retrouve ici dans les effets spéciaux, plutôt réussis par l’incrustation discrète d’effets numériques et dans les outrances du jeu d’acteur. La musique est fidèle aux productions de l’époque : du synthé gonflé au flanger sur une boite à rythme aux sonorités d’un autre age. Le montage est ultra nerveux.

Le II accompagnant le titre ne serait qu’un clin d’oeil aux innombrables séquelles retrouvées dans le genre auquel il rend un hommage assez ambigu. Il n’y a pas de Zordax I.

Syl Disjonk est un réalisateur québécois, notamment responsable d’un tribute vidéo au groupe de métal (tiens tiens…) Voivod. Zordax II a été retenu dans divers festival et « gagnant prix du public et prix spécial du Jury Festival Lumière 2006 »

Durée : 12 mn

Région : all

Version originale française (accent québécois). Version anglaise.

Sous-titre : anglais

Avec : Mike Waters, Tolga Karaer, Chriso Lepovsky.

Site officiel : www.disjonk.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *