L’étrange festival de Strasbourg 2009

La fersion elsass de l’étrange feschtifal du 21 au 25 octobre dans les cinéma Star et St Exupery de Strasbourg.

Mercredi, Soirée d’Ouverture:

Mother, le nouveau polar choc de Bong Joon-ho (Avant-première)

Jeudi, Soirée Mad Asia:
Sky crawlers de Mamoru oshii. Une réflexion passionnante sur la guerre, illustrée par des combats aériens tétanisants de réalisme. (Première française)
First squad de Yoshiharu Ashino. Un cocktail détonnant de film de guerre, de science-fiction rétro et de parabole politique. (Première française)
Goemon de Kazuaki Kiriya. La nouvelle épopée spectaculaire du réalisateur de Casshern. (Première française)

Vendredi, Soirée Liens du sang :

Echo de Anders Morgenthaler. Un thriller fantastique qui nous apporte une nouvelle preuve de la vitalité de la scandinavie en matière de cinéma de genre.

Canine de Yorgos Lanthimos. En provenance de Grèce, voici une plongée dérangeante au sein d’une famille incestueuse qui devrait ravir les nostalgiques de Singapore sling.

Macabre des Mo Brothers. Un survival saignant qui propulse l’Indonésie au rang des pays sur lesquels il faut désormais compter en matière d’horreur graphique.

Et Ozploitation – Focus Australie:
Pique nique à Hanging Rock de Peter Weir, classique du fantastique poético-atmosphérique.

Les traqués de l’an 2000 de Brian Trenchard-Smith, un immanquable du cinéma bis à l’australienne. Entre survival révolutionnaire et film d’anticipation réactionnaire.

Lost things, thriller horrifique de Martin Murphy dans la lignée de Long Week end.

Ghosts of the civil dead de John Hillcoat. Une plongée en forme de film d’horreur dans l’univers carcéral australien. Écrit par Nick Cave. Une rareté qui n’a rien perdue de sa virulence.

The proposition de John Hillcoat où l’enfant terrible du cinéma australien actuel s’attaque au western. Écrit par Nick Cave. Classique, sauvage, violent. Du grand art.

Samedi, Au-delà du Réel:
Capucine de Luis Nieto. Nieto, le documentariste animalier le plus fou de la planète s’intéresse cette fois aux singes capucins et à leur incroyable capacité à communiquer avec les hommes.

Les documents interdits de Jean-Teddy Filippe. Un retour sur les grandes œuvres de l’un des plus grands affabulateur de la télévision française.

Debout les morts !!:
Villemolle 81 de Winshluss. Un faux reportage qui se transforme en version française de La nuit des morts-vivants, façon Groland.

Paranormal activity de Oren Peli: Un film d’horreur choc où un couple à maille à partir avec un esprit démoniaque. Filmé en forme de faux documentaire.

Otto; or, Up with dead people de Bruce La Bruce. Comédie zombiesque introspective autant que manifeste gay où se côtoient gore, film arty et pornographie.


Des séances de minuit:

Vampire Girl vs Frankenstein Girl de Yoshihiro Nishimura et Naoyuki Tomomatsu. Le nouveau délire comico-gore du réalisateur de Tokyo Gore Police, ici associé au fou furieux responsable de Eat the schoolgirl et Zombie Self-Defense Force. (Première française)

The Rocky horror picture show de Jim Sharman. Le plus culte des films cultes projeté avec une animation live dans la salle.

Un special Focus sur la Corée:

Breathless de Yang Ik-joon. Un état des lieux effrayant de la violence en Corée du sud dont la vitalité et le nihilisme évoque les premiers films de Kim Ki-duk.

Hanyo – la servante (The housemaid) de Kim Ki-young. Un drame émouvant et violent considéré comme l’un des films les plus importants du cinéma coréen.

Des pépites:

La femme aux seins percés de Shogoro Nishimura. Fantasmes et soumissions sont au coeur de ce pinku eiga, raffiné et pervers, signé par un vétéran du genre. L’un des films les plus chaud et troublant du festival.

La parodie parade de Paul Paviot. L’iconoclaste Paul Paviot s’attaque tour à tour au western (Terreur en Oklahoma), au film noir (Chicago digest) et au fantastique (Torticola contre Frankensberg). Des mises en boites aussi mythiques qu’introuvables où l’on retrouve un jeune Michel Piccoli et Daniel Gélin.

L’enfer d’Henri-Georges Clouzot de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea. Un retour passionnant sur l’un des naufrages les plus célèbres du cinéma français. (Avant-première)

Et enfin Dimanche, en Clôture:

Panique au village de Stéphane Aubier et Vincent Patar. Côboy, Indien et André enfin en format long. Avec notamment les voix de Jeanne Balibar, Bouli Lanners et Benoît Poelvoorde. (Avant-première)

LES COURTS-METRAGES EN COMPETITION ET LES AUTRES

No place like home

Santa: the fascist years
Our wonderful nature
I love Sarah Jane
Naïade
Cuddle sticks
O’ boy ! what nice legs !
Raging blues
My Grandmother
Nourriture spirituelle
Chainsaw madness
Meshes of the afternoon
Titler
Mama
(Doloressa)
2 dessins animés des frères Fleischer
Alma

Plus d’infos sur le blog officiel

3 commentaires sur “L’étrange festival de Strasbourg 2009”
  1. Cette année, rendez-vous, non plus au cinéma l’Odyssée,
    mais aux Star et Star Saint Ex

  2. ( Merci à « Cinétrange » pour avoir diffusé l’info ) J’insiste sur le Star pour être sûr… A propos je vous ai dis que c’était au Star cette année?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *