Giallo de Dario Argento


Le retour en grâce du maître de l’horreur transalpin se fera-t-il un jour ? Plus d’un cinéaste –de genre notamment- tombé en disgrâce pour des raisons artistiques et/ou commerciales ont fait  un retour en force ces dernières années. C’est le cas de George Romero revenu d’entre les morts avec son formidable Land of the dead après une longue traversée du désert. De Tobe Hooper avec les épatants Toolbox murders et Mortuary alors qu’on y croyait plus une seconde à la vision d’un Crocodile particulièrement infâme. On pourrait en citer d’autres : Don Coscarelli (l’excellent Bubba Ho-tep), Frank Henenlotter (Sex addict) ou Jeff Lieberman à un moindre niveau. Et le retour de John Carpenter s’annonce alléchant. Dario Argento ne semble pas profiter du regain d’intérêt pour le genre depuis quelques années et surtout, depuis sa reconnaissance tardive comme étant un grand cinéaste, il se repose tristement sur ses lauriers. Si l’on excepte ses deux segments pour les Masters of Horror, les réussites ne sont pas au rendez vous. En tant que défenseur absolu du cinéaste, je trouve beaucoup de qualités à Mother of tears cela dit, descendu en flèche par la presse spécialisée de façon parfois arbitraire. A l’origine Giallo avait de quoi me faire saliver. Un budget conséquent, un casting 3 étoiles (Elsa Pataky, Adrien Brody, Emmanuelle Seigner), un  tournage en Italie et un titre emblématique semblant indiquer le retour à ce qu’il sait le mieux faire : filmer dans un style baroque, une intrigue alambiquée et perverse.

Giallo débute sous les meilleurs auspices par une séquence d’introduction efficace et prenante, à défaut d’être particulièrement originale. La suite malheureusement ne fait que décevoir les espoirs les plus fous. Au fur et à mesure que le film se déroule sous nos yeux, une question s’impose. Comment Argento a-t-il pu accepter un script aussi lamentable, écrit avec des moufles?

Déjà coupables du script foireux de Mother of tears et de quelques nanars douteux, Jim Agnew et Sean Keller ont beau être des inconditionnels du maestro (terme excessif aujourd’hui), multiplier les citations grotesques, plonger le spectateur au cœur de Turin, ville propice à la résurrection du giallo, ils n’en commettent pas moins un des scénarios les plus affligeants qu’il nous ait été donné de voir depuis des lustres. Et l’adage qu’un grand artiste peut sauver n’importe quel script tombe sérieusement à l’eau. Tout le monde n’est pas Welles et l’histoire de Giallo est cent fois plus ridicule et incohérente que celle de La soif du mal.

Les créateurs de Derrick n’auraient pas voulu d’une histoire pareille.

Autant dévoiler le pot-aux-roses, en dépit d’un titre explicite mais trompeur, le film n’entretient que peu de rapport avec le giallo. Son Giallo navigue à défaut de se noyer dans les eaux troubles du thriller faisandé à la manière d’Hollywood night. L’enquête, menée par un Adrian Brody apathique et peu concerné (pourtant co-producteur du projet), nous apprend que le terrible assassin au visage masqué et défiguré, conducteur de taxi, est tributaire d’une maladie infantile, la jaunisse. Mais de qui se moque-t-on ?

La nullité du scénario est d’autant plus rageante qu’Argento n’est pas sénile contrairement aux rumeurs tenaces.

Quelques morceaux de bravoures filmiques prouvent que l’auteur de Ténèbres n’a pas perdu la main. Il tente même parfois de renouveler la grammaire de son cinéma en expérimentant des figures de style inédites. Lors d’un flashback traumatique, qui nous en apprendra un peu plus sur le psychopathe et les raisons qui le poussent à tuer son prochain (plutôt sa prochaine), Dario Argento essaie d’innover en multipliant les angles de prises de vue, en faisant voltiger sa caméra, en insufflant une ambiance ouatée et insolite proche des meilleurs De Palma (on pense au début d’Obsession). La belle photographie, jaune et ocre et une explosion de violence surprenante,  indiquent clairement qu’Argento n’est pas perdu pour le 7ème art.

Autre séquence réussie : la traque dans une ruelle déserte d’une future victime par le maniaque. Sens inné de la topographie, caméra fluide trouvant les cadrages adéquats, montage nerveux et photographie lugubre en accord avec l’ambiance anxiogène conférée à la séquence. La virtuosité naturelle du cinéaste, aussi évidente soit-elle, n’arrive jamais à compenser la bêtise du récit, la direction d’acteur approximative (hormis Elsa Pataky, victime parfaite à la plastique idéale) et une mollesse de l’ensemble, indigne du cinéaste.

Giallo est un produit plutôt bien emballé mais dénué de contenu et de substance. Le plus mauvais film d’Argento avec The card player.

(ITA/USA) de Dario Argento avec Adrien Brody, Emmanuelle Seigner, Elsa Pataky

Edition dvd eone (zone 1). Durée : 92 mn. Format : 1.78. Audio : Français, Anglais. Sous titres : Français, Anglais



A propos de Manu

Docteur ès cinéma bis, Manu est un cinévore. Il a tout vu. Sorte d'Alain Petit mais en plus jeune, son savoir encyclopédique parle aux connaisseurs de films méconnus. Il habite près de Montpellier où il peut observer la faune locale : le collectif School’s out, l’éditeur le chat qui fume et l’éditeur Artus Films. Avec son air d’Udo Kier, il n’est pas exclu qu’on le retrouve dans une production de genre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *