L’étrange festival de Strasbourg 2011 3


Après une mise en bouche en fin d’année dernière, l’EFS revient en pleine forme en 2011 avec de nouvelles dates. Ce sera du 6 au 10 avril qu’il faudra être à Strasbourg pour se remplir la panse de films bizarres, violents, rares et/ou étonnants.

En nouveauté-outsider, on pourra découvrir le bizzaroïde thriller fantastique franco-norvégion Dark Souls (Mørke Sjeler) dont la bande-annonce laisse apercevoir un joli mélange des genres :

Finalement, Dark Souls ne sera pas projeté. A la place, on pourra voir Dream Home, du hong-kongais Pang Ho-Cheung. Il s’agit d’un thriller que l’on nous promet « hors-norme » et qui raconte l’histoire d’une jeune femme prête  à tout pour s’offrir un appartement avec vue sur la baie de Hong-Kong, dont le prix est exorbitant.

Au menu de cette édition, il y aura une rétrospective de films italiens des années 60 avec notamment La mort a pondu un oeuf, oeuvre surréaliste de Giulio Questi, qui présente un triangle amoureux au sein d’un élevage de poules. On vous avait déjà parlé des dindons. Les amateurs de nanar pourront apprécier Yor le chasseur du futur d’Antonio Margheriti et qui mêle avec allégresse préhistoire et science-fiction.

Fabrice Blin, réalisateur du court Monsieur Méchant, viendra présenter une mini-rétrospective de René Laloux. Il connait bien le sujet puisqu’il est l’auteur des Mondes fantastique de René Laloux, une briographie du réalisateur de films d’animation (La planète sauvage, Gandahar, Les maîtres du temps).

Amis de la gaudriole, une soirée « érotique » sera organisée. Il ne s’agira pas d’aller à la séance nu sous l’imper aux poches trouées mais plutôt de partager un moment sympathique, en couple pourquoi pas. Car l’étrange festoche proposera un « double feature », deux films un peu cochons projetés simultanément. L’on pourra passer librement d’une salle à l’autre suivant l’humeur et les goûts de chacun. Des remises de cadeau et des animations surprises émailleront cette soirée qui s’annonce festive.

Deux projections seront très attendues : J’ai rencontré le diable de Kim Jee Woon, qui a fait son petit effet au festival de Gérardmer. Et les nuits rouges du bourreau de Jade, un film avec un titre plein de couleurs, qui est bien intrigant et dont on avait déjà à moitié causé ici.

Bien sûr, ce n’est pas tout. Le reste de la programmation et quelques invités mystères sont encore à découvrir au fil des semaines à venir.


A propos de Jérôme

toute-puissance mégalomaniaque, oeil de Sauron, assoiffé de pouvoir et d’argent, Jérôme est le father de big brother, unique et multiple à la fois, indivisible et multitude, doué d’ubiquité. Il contrôle Cinétrange, en manipulant l’âme des rédacteurs comme des marionnettes de chiffons. Passionné de guerre, il collectionne les fusils mitrailleurs. Le famas français occupe une place d’exception dans son coeur. C’est aussi un père aimant et un scientifique spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Pour faire tout cela, il a huit doppel gangers, dont deux maléfiques. Il habite au centre du monde, c’est-à-dire près de Colmar.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “L’étrange festival de Strasbourg 2011

  • Rusticule

    Pour trouver un programme, des tarifs, un site internet consacré à ce festival qui commence dans quelques jours il faut faire comment?
    Le but c’est qu’il y ait le moins de monde possible?