Stuck, de Stuart Gordon

Après environ trois années d’attente (Stuck a été présenté à Gérardmer en 2008), le dernier opus en date de Stuart Gordon sort enfin en dvd en France chez l’éditeur Condor Entertainment. Avec ce film, le papa du fendard Re-Animator reste dans la lignée de ses derniers rejetons, King of the Ants (2003) et surtout Edmond (2005), en proposant à nouveau un regard sur des personnages en pleine chute (sociale et/ou morale) qui doivent faire face à une situation incontrôlable. Dans Stuck, nous suivons une jeune aide-soignante qui, après avoir passé une soirée bien arrosée et sous ecstasy, percute violemment un homme avec sa voiture. Celui-ci, un chômeur vivant à la rue depuis peu, se retrouve encastré dans le pare-brise de la jeune femme qui, sous l’effet de la panique et la peur de finir en prison, décide de le laisser agoniser dans son garage.

Librement inspiré par le fait divers de Chante Jawan Mallard, Gordon exprime sa peur de la perte sociale qui peut se produire du jour au lendemain. Dressant le portrait d’une société individualiste qui cherche à écraser les plus faibles, depuis un certain temps Gordon a décidé de laisser de côté les monstres auxquels il nous avait habitués avec des séries B (limite Z) comme Dagon ou Castle Freak pour s’intéresser au monstre le plus redoutable : l’être humain. Le résultat est enthousiasment : avec ses trois derniers films, Stuart Gordon s’offre une nouvelle jeunesse et n’a pas été autant en forme depuis From Beyond.

Bien qu’en termes de réalisation, Stuck – comme Edmond ou King of the Ants – n’est pas un chef d’œuvre, son point fort réside dans le regard qu’il porte sur ses personnages et leur situation. Gordon n’exagère jamais les actes, préférant garder la brutalité de la vie quotidienne et éviter le jugement facile. Le personnage interprété par l’excellente Mena Suvari paraissant au départ comme une fille généreuse et sympathique se fait peu à peu bouffer par la culpabilité, se révèle irresponsable et prête à tout pour éviter la taule. Gordon n’en fait pas un monstre, il ne la juge pas pour plus qu’elle n’est : un être humain en détresse face à une situation pour le moins complexe. Il serait faux de dire que Stuck n’est fait d’aucun discours moralisateur, mais il ne se prétend pas comme une vérité incontestable, il s’agit ici avant tout d’un thriller simple et très efficace. Mais malgré cela, le regard que porte Gordon sur la société actuelle n’en n’est pas moins important, ses personnages ne sont pas choisit au hasard (tandis l’un grimpe dans l’échelle sociale (l’aide soignante), l’autre tombe (le chômeur)) et le discours exprimé derrière ce petit pamphlet est presque désespéré, mais percutant.

Auto, boulot, dodo…

Stuck reste loin de la grande qualité d’écriture d’Edmond (dont la présence de David Mamet au scénario était pour le moins avantageuse), mais il propose tout de même une narration efficace et surtout un cinéaste souvent sous-estimé dont le regard s’impose comme l’un des plus intéressants du cinéma américain actuel.

Même si nous avons la chance de pouvoir enfin le découvrir en dvd, Stuck souffre du même sort que l’édition dvd d’Edmond (édité par Wild Side) : aucun bonus, pas même une bande annonce ; le dvd finira probablement dans les caisses de supermarchés entre les rayons camemberts et serviettes hygiéniques.

Mena Suvari ou la découverte du sexe après American Pie : « Ah ouais, c’est comme ça… »
0 commentaires sur “Stuck, de Stuart Gordon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *