Rétrospective Kiyoshi Kurosawa

 

du 14 mars au 19 avril 2012 à la cinémathèque française

 

C’est à la fin des années 90 que le public découvre le cinéma de Kiyoshi Kurosawa avec Cure en 1997, Charisma 1999 et Kairo en 2000.

 

Tokyo Sonata, prix du jury au festival de Cannes 2008 l’imposera comme un nouveau talent incontournable.

 

Prolifique cinéaste ayant débuté dans la série B et les productions de genre, Kiyoshi Kurosawa a bâti une oeuvre indiscutablement personnelle, saluée régulièrement dans les grandes manifestations internationales. Il est considéré comme un véritable artiste de la peur et de l’angoisse, mais les règles de l’épouvante cinématographique sont souvent, chez lui, un prisme à travers lequel il observe l’histoire culturelle et la réalité sociale du Japon. Son art de la mise en scène contribue à faire de ses films parmi les plus effrayants jamais réalisés. Mais ceux-ci sont, tout autant que des récits terrifiants, de profondes et subtiles interrogations philosophiques.

 

Cette rétrospective est l’occasion de faire un retour sur son parcours riche et mouvementé et de découvrir ses premiers films, ceux destinés au marché de la vidéo ainsi que les épisodes de séries réalisés pour la télévision.

 

Jeudi 15 mars, Kiyoshi Kurosawa par Kiyoshi Kurosawa, une leçon de cinéma

 

Animée par Jean-François Rauger

 

« En ce qui me concerne, je ne ressens pas l’existence des fantômes même si je ne la nie pas à 100%. Je crois que ce qui apparaît dans un film existe, que ce qui ne s’y montre pas n’existe pas. Si le fantôme est à l’écran, il existe (…).

 

J’essaie de montrer les évènements décisifs en un seul plan, comme par exemple le fait qu’un fantôme se tienne soudain debout à tel endroit. C’est un principe de base au cinéma, dans les films dignes de ce nom : l’évènement crucial se déroule sans montage. »

 

Kiyoshi Kurosawa, 2008.

 

 

 

Lundi 19 mars, conférence de Diane Arnaud : Kiyoshi Kurosawa : un cinéma de la survie et de l’oubli

 

À travers les différents genres, films noirs et fictions d’horreur, qu’il a revisités de manière inédite, Kiyoshi Kurosawa n’a cessé de filmer l’existence comme une épreuve radicale de la survie. Les héros de ses films, engourdis et décalés, croisent leurs doubles ou des fantômes du passé tandis que la mise en scène, elle, travaille la vie au présent.

Plus d’infos : http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/fiche-cycle/kiyoshi-kurosawa,444.html

 

0 commentaires sur “Rétrospective Kiyoshi Kurosawa”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *