Drive by Rico 1


Encensé à sa sortie et auréolé d’une apparente trace de génie, ce film m’aura été souvent conseillé et ce n’était pas sans une certaine excitation que je glissai le blu-ray dans son lecteur, de bons coussins calés derrière la tête. Images magnifiques de Los Angeles en nocturne, première musique d’une bande originale prometteuse, (presque) pas de doute, j’allais apprécier… Et ben…non. L’entame du film, assez longue, cale le personnage incarné par Ryan Gosling, au semi-mutisme plus ennuyeux que mystérieux et dont l’intérêt d’exister commence à poindre lorsqu’il rencontre sa voisine de pallier, Irène, jeune femme esseulée depuis l’incarcération de son conjoint et assumant l’éducation de leur enfant.

Puis le mari de celle-ci est libéré, contrariant l’amourette de nos deux timides et annonçant enfin du mouvement car l’ex-taulard va devoir faire un dernier casse pour payer une dette contractée en prison. Le beau Ryan, anonyme dans le film, genre guerrier de la route, va s’impliquer pour protéger indirectement sa belle blonde, dont la discrétion et la douceur ne pouvaient que rassurer sa personnalité autistique. Et c’est bien le réveil de la bête qui devait impressionner les blasés que nous sommes. Le cascadeur inhibé va se lâcher pour protéger sa belle et son fils, planter de l’acier dans les jugulaires, faire exploser du crâne sur le sol, ouvrir du bide. Magnifique à priori, d’autant que tout le thème du film pourrait reposer sur un mot : le contraste. Un contraste que cultive le personnage sur ces deux activités, nocturnes et diurnes mais aussi sur son tempérament, entre calme et violence subite. Plaqué sur cette dualité, le parti pris visuel du film est à l’avenant, où les couleurs peuvent passer brutalement de l’ombre à des lumières très saturées, respectant une forme d’entité cohérente entre le fond et la forme. Mais cela ne suffit pas à faire un bon film. Le réalisateur confond contemplation et longueur. Les poses appuyées des personnages, souvent reflets de leurs désespérances ou de leurs doutes ne sont malheureusement pas relayées par un scénario suffisamment dramatique ou passionnel. Le prétexte est d’une linéarité à la hauteur de sa pauvreté, espérant probablement être sublimé par le charisme du cascadeur, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il s’inspire (je suis poli) de certaines icônes à blouson court. J’ai beaucoup pensé à Taxi driver, même si l’auteur se réfère plus à Bullit ou à d’autres films. À l’instar de Travis, conduisant mécaniquement son véhicule tout en introspection inquiétante, notre héros mène une double vie entre le crépuscule et l’aurore. Si le taximan de Scorcese dévissait complètement, poussé par une société qui le persécutait, notre héros de Los Angeles est comme lui, capable de sombrer dans l’ultraviolence pour protéger ceux auprès de qui sa vie a pris un sens. Dans un lien quasi fusionnel avec leur véhicule, la comparaison thématique s’arrête hélas à ces prémisses tant l’intensité psychotique et quasi mystique du premier tranche avec l’argument banal du deuxième, sauvant la veuve et l’orphelin au terme d’une mission suicide dont la finalité, et c’est mauvais signe, nous importe peu.

Pourquoi la déception – après tout, on a l’habitude – laisse t-elle ici place à l’amertume, voire à l’agacement ? Probablement en raison d’une musique très réussie, souvent envoûtante et aussi parce que certains seconds rôles sont percutants (Ron Perlman, infect…) ou sous-exploités (Christina Hendricks). Et même si un long clip ne fait pas un long métrage, nous étions en droit d’attendre une forme de tension permanente, au sein de laquelle surgirait “la” cascade, “le” carambolage improbable, “la” tôle broyant de la chair impie. Niet. Seule une coursette à peine digne d’un John Woo sous chanvre indien nous est servie. Enfin parce que tout de même, Nicolas Winding Refn ne tourne pas avec ses pieds et que son film n’est en aucun cas prétentieux. Seulement raté.

 

Critique du Blu Ray

La version achetée propose une version DVD, un making of de 15mn, un entretien d’une demi-heure avec le réalisateur et des bandes-annonces. Le Blu ray propose comme à l’habitude une image exceptionnelle, un son exceptionnel… C’est top. Mais je préfèrerai toujours They call her one eye en VHS mono que Star wars episode I en Blu Ray DTS surround 12.1

Vous avez une version anglaise et l’éditeur est WildSide.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Drive by Rico

  • Pierretleloup

    Well-well … je ne suis pas un cinéphile averti (ma seule « incursion » dans ce milieu ayant consisté à « mettre à disposition » mon véhicule perso. à un pote réal. pour un « court » / marrant « l’analogie » …) en revanche je vis (mal) depuis dix ans de ma « prose » (dans un domaine bien différent de celui qui nous intéresse / PQR et « MAG » en l’occurrence / « pigiste » quoi …) et « DRIVE » ma « troué » le cul … Comprenez que je ne suis qu’un pauvre « locdu » qui s’est imaginé pouvoir vivre de sa passion (qui l’a amené à se traîner lamentablement des USA en Europe en passant par le Canada) et (donc) moi ce « movie » me parle … J’ai adoré « Bronson » (souvenirs de mes vacances d’ado. en G-B) j’ai exulté avec « Valhalla Rising » (mon côté « droitard anar nihiliste ») et j’ai carrément envoyé « la sauce sur le pare-brise avec « Drive » !!!).
    Que veux tu que je te dise … le « cinoche » c’est une affaire de « tripes » et c’est « tout » (et c’est « énorme » en fait / du moins en ce qui me concerne / après chacun fait « comme il veut » / ou « peut » ;-).
    Moi ce film m’a parlé car les « muscle cars » je connais (un peu), « L.A. » aussi et que je vis comme « Bob Lee Swagger » (for my rifle & my dog) et « in fine » que cette société de « tafioles » me casse les noix (d’une « force incommensurable » soit d’ailleurs dit en passant…).
    En conclusion,  » je suis conquis » et j’attends avec impatience la suite … Refn met le doigt où ça « fait mal » et j’en redemande …
    PS : as tu seulement déjà entendu 300 CV turbo-compressés « siffler » sous ton pied droit ? (je ne parle même pas de la sensation d’une . 338 Lapua sur ton épaule 😉
    (qu’est ce que tu veux … je suis un « archétype », une « caricature » de gros con shooté à l’adré. / chacun son « trip » !!! / mais pour autant je fais partie de cette « humanité » …)
    Il y a les « mythos » est les « vrais » … ce film s’adresse à « ceux qui ont goûté à l’autre côté » …