Grizzly, de William Girdler


Le succès interplanétaire voire galactique des Dents de la mer engendra une série de rip-off, sous-entendu remakes déguisés de qualités plus que variables. Un très bon Piranha, signé par le débutant Joe Dante, ne peut relever le niveau d’une série de sous-produits, parfois amusants comme La mort au large mais le plus souvent affligeant à l’instar du sinistre Tentacule. Malins, les scénaristes de Grizzly ont transposé l’histoire du requin célèbre en pleine forêt, et plus précisément dans le parc naturel de Yellowstone.  Un ours gigantesque et agressif terrorise la population locale. On retrouve à peu de choses près (quelques poils en plus et un peu moins de flotte) la trame narrative du film de Steven Spielberg. Le garde forestier, interprété par un Christopher George (Frayeurs) convaincant,  est un personnage dans la lignée de celui qu’incarnait Roy Scheider. Il va s’opposer aux autorités locales, souhaitant minimiser les dégâts provoqués par le grizzly afin de ne pas effrayer les gens, surtout en période estivale. Le changement de cadre est plutôt plaisant et offre certaines variations originales. Les magnifiques paysages naturels sont valorisés par le talent du chef opérateur, William Asman. Le format scope permet au film de s’élever au-dessus de l’esthétique télévisuelle à laquelle il tend le plus souvent.

Il faut bien se rendre à l’évidence. L a mise en scène de William Girdler est assez terne, purement fonctionnelle. Pendant près d’une demi-heure, il ne se passe pas grand-chose. Les belles images portées par une musique inspirée du score de John William, ne sauvent pas une exposition longuette et ennuyeuse. La suite est un peu plus enlevée et davantage conforme à l’idée de ce qu’on attend d’un film de bestioles enragées.

Gratifié d’un budget modeste de 750 000 dollars, Grizzly est une petite série B sympathique, qui traîne la patte mais qui se laisse regarder sans déplaisir. Pas assez cossue en tout cas pour miser sur des effets spéciaux sophistiqués. Tourné en un mois, ce petit film d’horreur bénéficie de quelques plans gore saisissants et singuliers. Une tête de cheval qui voltige dans les airs et une jambe d’enfant arrachée comme clou d’un spectacle presque politiquement incorrect aujourd’hui. Le cinéma d’horreur contemporain, même extrême, se permet rarement ces écarts. On ne touche ni aux enfants, ni aux animaux domestiques, et encore moins aux chevaux.

Plus surprenant, le film de William Girdler a fait un carton en rapportant  environ 40 millions de dollars. Alors âgé de 27 ans en 1976, le cinéaste pouvait devenir un petit maître du genre. Hélas, il décède en 1978 à 30 ans, laissant derrière lui une poignée de films d’épouvante méconnus comme L’antre de l’horreur ou Le faiseur d’épouvante, sa dernière réalisation. En tout cas, ce film est supérieur au récent Dans les griffes de la forêt, série Z miteuse commise par l’inénarrable David De Coteau, qui n’a même pas eu le courage de nous refourguer un grizzly gay.

(USA-1976)  de William Girdler avec Christopher Georges, Andrew Pine, Richard Jaekel. Format: 2: 35 (16/9ème). Son: Français, Anglais (Stéréo). Sous-titres : Français. Bande annonce

Edité par filmédia en DVD et Blu Ray

grizzly

 


A propos de Manu

Docteur ès cinéma bis, Manu est un cinévore. Il a tout vu. Sorte d'Alain Petit mais en plus jeune, son savoir encyclopédique parle aux connaisseurs de films méconnus. Il habite près de Montpellier où il peut observer la faune locale : le collectif School’s out, l’éditeur le chat qui fume et l’éditeur Artus Films. Avec son air d’Udo Kier, il n’est pas exclu qu’on le retrouve dans une production de genre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *