Panic sur Montpellier : La Case de l’oncle Spock


spock matineeUne jeune bande de potes originaire du Midi-Pyrénées prend le risque de concrétiser ce que bon nombre de cinéphiles rêvent de faire : organiser des séances spéciales de leurs films préférés au sein d’une salle de cinéma. Cette bande de potes (accessoirement étudiants) a créée un collectif administrativement inexistant (pour le moment) baptisé La Case de l’oncle Spock. Leur page Facebook le décrit ainsi : « La Case de l’oncle Spock aime le cinéma bis rétro et/ou kitsch de la fin des années 50 jusqu’aux années 90 et le cinéma alternatif/décalé, contemporain. Entre curiosités cocasses et véritables joyaux d’inventivités, un seul mot d’ordre : Choc ! »

Et pour leur première soirée, ils ont choisit de faire une séance unique du film Panic sur Florida Beach (Matinee) de Joe Dante au cinéma Utopia de Montpellier le 7 Novembre à 20h30 !

Si cette séance fonctionne, ce jeune collectif voudra poursuivre avec des pépites qui attisent la curiosité : « On aimerait diffuser Tetsuo, Les Révoltés de l’an 2000, peut être un film de Mocky aussi (avec potentiellement sa présence), et on aimerait également passer Kung Pow et Mais ne nous délivrez pas du mal.», dixit Guillaume Laval, l’un des membres de La Case de l’oncle Spock.

Vous l’aurez compris, si vous habitez Montpellier, si vous êtes curieux, libres comme l’air, décontractés du gland, allez voir Panic sur Florida Beach le 7 Novembre au cinéma Utopia ! Ce n’est pas tous les jours que des gens se bougent le cul pour faire partager du cinéma alternatif.

La Case de l’oncle Spock : https://www.facebook.com/lacasedelonclespock

Plus d’infos sur la séance et le film disponibles sur le site du cinéma Utopia : http://www.cinemas-utopia.org/montpellier/index.php?id=1192&mode=film


A propos de Rock

même si son nom évoque la boxe ou le catch, il y a une grande sensibilité chez Rock. Enfant spirituel d’Harmony Korine, il se plait à explorer les mêmes errances que le réalisateur américain. Même si ses goûts sont larges, il s’intéresse au cinéma mal branlé, et éprouve une compassion pour les réalisateurs fauchés. Ceux qui n’ont pas le budget mais qui font leur métier en y mettant tout leur coeur. Grand mélomane (Ernest Ping, Nipple boy), il s’essaie à la réalisation de clips et de courts-métrages. Domicilé à Strasbourg

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *