Godzilla, de Gareth Edwards 2


1954 / 2014. 60 berges, c’est pas mal pour une icône de la pop culture. C’est bien moins que Batman ou Superman et c’est presque aussi bien que James Bond. Mais là, on cause d’une icône fondamentalement liée au média cinéma. King Kong peut aisément prétendre au droit d’ainesse, mais pas à la même ampleur filmographique.

Godzilla 2014

60 ans après sa naissance sur grand écran et pas loin d’une trentaine de films, Godzilla revient. Et ô surprise, c’est un reboot. On pourrait pester contre cette mode-actuelle-symptôme-d’un-système-de-production-sclérosé. Mais Godzilla, lui, il s’en balance. Il est à une bonne centaine de mètres au dessus de ça. Le reboot, il connait : la saga avait déjà eu droit à sa tabula rasa en 1984. Pour ses 30 ans, donc. Et déjà à l’époque, ce fut l’occasion de revenir au serious business. En 1984, il s’agissait de faire oublier l’orgie de kitch nanardeux et les budgets flambées par le choc pétrolier des 70’s. Aujourd’hui, il s’agit de balayer le nanard thuné et lolilolèsque de Roland Emmerich (qui, d’ailleurs, était aussi une tentative de reboot) et le baroud d’honneur foutraque de Ryuhei Kitamura, gros tournoi de MMA où Godzi expédiait ses adversaires plus vite que Steven Seagal.

Aaaaaaalors… Ceci étant posé, qu’en est-il donc, de ce Godzilla en trouadé revenant-aux-sources-toussa-toussa qu’il m’a été donné de voir ? Eh bien… C’est un film de Gareth Edwards. Le bonhomme peut être a priori occulté par sa créature-vedette (comme on peut avoir tendance à dire que Commando est « un film de Schwarzy » plutôt que « un film réalisé par Mark L. Lester »), d’autant que sa carrière cinéma en tant que réal de long métrage est encore en rodage. Mais nous avons bien affaire à une œuvre du réalisateur de Monsters. On y retrouve son grand soin de l’image et son style mi-reportage mi-naturaliste poétique. Il se livre avec brio à ce travail d’équilibriste entre entre l’échelle humaine et le king size des streums, aussi bien au niveau de la mise en scène que du « jeu ». Et on retrouve aussi son côté fleur-bleue et sa propension à illustrer les effets des catastrophes plutôt que les catastrophes elles-même. D’aucuns pointeront rageusement le fait que les emblématiques destructions de villes soient majoritairement en arrière-plan, reléguées à des news défilants sur des écrans de télévision ; d’aucuns pourront persiffler qu’Edwards se contente de calquer la recette de Monsters dans l’univers du kaiju eiga. Ce serait pas faux : il a été embauché pour ça.

Mais il a été aussi embauché parce qu’il avait démontré qu’il savait rendre la terreur et le sublime (au sens kantien) qu’inspire de tels titans. Et bordel, il le fait bien. L’arrivée de Godzi est à ranger parmi les apparitions de monstres les plus tripantes de l’histoire du Cinéma, au côté du King Kong de 1931 et le T-rex de Jurassic Park. Toutes ses scènes (ainsi que celles de ces adversaires) sont des purs moments de classe. Ça faisait longtemps qu’on avait pas vu le King of Monsters aussi royal. Et l’ambiance apocalyptique du secteur de quarantaine réinvesti par la végétation ou d’un San Fransisco ravagé est tout simplement dantesque. Certes, le film ne tente pas d’égaler l’énergie et la générosité de Pacific Rim, beaucoup plus proche de l’esprit kaiju eiga décomplexé des 60’s. Il se référerait plus au film de 1954 de Honda, plus dramatique sur sa durée que spectaculaire. Mais lorsque spectaculaire il y a, il se fout pas de vous.

Reboot et serious business, qu’on vous a dit. Respect du cahier des charges : check.

Après, le film n’est pas exempt de défauts ou de reproches. On pourrait parler du fait que les teaser mettait énormément en avant Bryan Cranston alors qu’il n’est pas le « héro », mais objectivement, c’est le genre de détail dont on se contrefoutra tous d’ici un an. Pour ma part, je m’interroge sur l’idée que, après 60 ans de carrière, Godzilla se sente obligé de phagocyter la mythologie de son ancien lookalike Gamera : Que ce soit au niveau de son nouveau background ou de la trame narrative, le nouveau Godzilla rappelle énoooormément la tortue atomique, en particulier dans son excellente trilogie des 90’s. Une sorte « d’arroseur arrosé » indécemment étiré dans le temps. Plus encore : Godzilla n’a même pas l’ambivalence que conservait le Gamera de Shûsuke Kaneko.

Et puis il y a le scénar, globalement bon et souvent pertinent en regard du contexte (le thème de la filiation et de la transmission s’insinue  dans tout le métrage), mais constellé de quelques facilités, voire d’idées un brin limite : Après avoir aussi brillamment illustré les kaiju comme des quasi-dieux millénaires se préoccupant peu des fourmis humaines, le film tente de nous faire avaler, plus ou moins subtilement, qu’un soldat américain et un dinosaure atomique antédiluvien vont tacitement jouer en team pour sauver le monde. J’exagère un brin, ouaip. Mais rien qu’un brin. Après tout l’aspect catastrophico-naturaliste, ça fait tache.

Ouuuuaiiis… Mais soyons francs : là, je vous cause d’une première vision. En salle. D’un film de Godzilla. Et j’aime autant vous dire que tout ceci n’est que menu détails face au plaisir franc et entier de voir un tel film. Oui, il y aura peut-être des bastons d’Hernani comme il y en a immanquablement avec les icônes culturelles. Oui, le film représente une (relative) pause dans la course au pif-paf-boum-boum entre gros bidules façon Transformers. Et pourtant, Godzilla millésime 2014 continue de représenter avec panache l’une des raisons qui font qu’un gaillard comme moi se bouge encore le fion pour le poser sur un siège rembourré dans une salle obscure. Pour voir du mythologique cathartique et du badass qui tabasse sa race et qui se fout pas de lui (ou en tout cas pas trop). Ne boudez pas votre plaisir : On aura tous largement le temps de dénigrer à tout va d’ici la sortie DVD /blu-ray.

En attendant, le King iz back. Ça se fête.

 


A propos de Nunzio

Nunzio n'a pas un prénom courant, mais il le vit bien. Par égard pour autrui, il prend l'identité pas secrète et plus facile à retenir de Noon (ou Ze Noon) et officie en tant qu'artiste indépendant. Il dessine, il met en page, il infographe, il auteurise et il chronique. Même qu'il fait du théâtre. Bref, Nunzio est assez peu socialement utile.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Godzilla, de Gareth Edwards

  • manu

    tout le monde déteste le film autour de moi. Alors que je le trouve élégant, pas très spectaculaire, frustrant dans son approche « jen montre le moins possible » mais visuellement très beau.

  • Rico

    Les scènes de « monstres » sont très impressionnantes, oui … Mais bon Dieu, on ne sait plus faire de film ! Les personnages sont insipidissimes, la palme au scientifique asiat et au militaire en chef. Les dialogues sont pauvres, sans aucune profondeur, à l’image des acteurs qui les profèrent. Quel dommage, quel gâchis. Les films ou j’attend désespérément les monstres; pas bon …