Real de Kiyoshi Kurosawa 2


Depuis l’échec immérité de Tokyo Sonata, le rythme de production de Kiyochi Kurosawa s’est considérablement ralenti. Le japonais a de plus en plus de difficultés à trouver des financements pour réaliser des films au point d’être retourné vers la petite lucarne. Et d’avoir signé le génial Shokuzai, mini-série en cinq épisodes, peut-être son œuvre la plus aboutie a ce jour.

Real marque la première incursion du cinéaste dans le domaine de la  science-fiction. Une SF épurée et cérébrale. Ne vous attendez pas à un déluge de gadgets et d’effets numériques impressionnants. Même si les quelques effets présents sont d’une beauté à couper le souffle. Le film développe un récit impressionniste et intimiste plus proche de Je t’aime je t’aime d’Alain Resnais que de Matrix et consorts.

Koichi et Atsumi se connaissent depuis la petite enfance. Après une tentative de suicide, Atsumi, dessinatrice de « mangas », tombe dans le coma. Au cours d’une expérience scientifique, Koichi va pénétrer dans le cerveau d’Atsumi et enquêter sur les raisons de son geste.

La première partie est intrigante, envoûtante, joue de façon très habile sur ce qui sépare et unit le rêve et la réalité. Les figures fantomatiques chères au cinéaste ne sont pas éludées et demeurent la clef d’une intrigue convenue en apparence. Les plus tatillons, et surtout les amateurs d’une science-fiction complexe dans la lignée des romans d’Asimov ou K Dick, seront un peu déçus par un twist qui arrive à mi-parcours et, plus embêtant, qui ne risque pas de surprendre grand monde. Mais l’intention de Kurosawa n’est nullement de jouer au petit malin avec le « retournement de situation » de l’année mais au contraire de rester en harmonie avec ses thèmes fétiches, son univers personnel.  Artiste fasciné par l’entre deux monde, la frontière entre la mort et la vie, Kurosawa continue de surprendre, d’injecter du surnaturel là où on l’attend le moins. Derrière une romance que certains trouveront « gentillette », limite fleur bleue, un autre film plus angoissant défile sous nos yeux, agitant le spectre d’un trauma de l’enfance. Les héros des films de Kurosawa sont tous hantés par un passé tortueux, un évènement tragique non résolu. L’apparition « fantomatique », et là on ne se refait pas, d’un enfant est un peu la clef d’un film plus serein et poétique qu’angoissant.

Real s’avère moins fort que Cure, Rétribution ou Loft, plus apaisé et abordable. Le film touche davantage au cœur qu’à l’esprit au risque de flirter avec la guimauve. Mais Kurosawa ne franchit jamais le pas de la mièvrerie grâce au génie de sa mise en scène. Sa science du cadre et de la lumière suffit à elle seule à raconter une histoire, à bouleverser, à procurer des émotions rarement éprouvées. Il y a une pureté, une précision aussi bien esthétique que narrative qui n’a que peu d’équivalent dans le cinéma contemporain. Les effets spéciaux, utilisés avec parcimonie, sont d’une beauté incroyable, constamment au service d’une histoire qui aurait pu s’attirer les faveurs du grand public si on ne distribuait pas que des films américains et français dans les grands complexes.

Les deux jeunes acteurs, très beaux, conviennent parfaitement à l’univers poétique de ce film atypique et en même temps cohérent dans l’œuvre de Kurosawa, à mon sens le plus grand cinéaste en activité.

(JAP-2013) de Kiyochi Kurosawa  avec Takeru Sato, Haruka Ayase

012340


A propos de Manu

Docteur ès cinéma bis, Manu est un cinévore. Il a tout vu. Sorte d'Alain Petit mais en plus jeune, son savoir encyclopédique parle aux connaisseurs de films méconnus. Il habite près de Montpellier où il peut observer la faune locale : le collectif School’s out, l’éditeur le chat qui fume et l’éditeur Artus Films. Avec son air d’Udo Kier, il n’est pas exclu qu’on le retrouve dans une production de genre.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Real de Kiyoshi Kurosawa