Poesia Sin Fin, d’Alejandro Jodorowsky

Jodorowsky poursuit son autobiographie romancée  et fantasmée après Danza de la realidad, sorti en 2013. Alors que ce dernier retraçait l’enfance de l’artiste entouré d’un père commerçant autoritaire et accroc à l’argent, et d’une mère effacée qui ne s’exprimait (dans le film bien sûr) qu’en chantant avec une voix d’opéra,   Poesia sin fin débute là où La Danza s’arrêtait. Les parents sont encore présents mais vont petit à petit s’effacer au fur et à mesure que le récit se déroule. D’ailleurs, ils ne représentent pas ce qu’il y a de mieux dans le film. Au contraire, on sent un peu de rancœur de la part de l’auteur de La montagne sacrée, à  charger ce père qui considère les poètes, les musiciens, les peintres, les romanciers comme « des PD » (dixit dans le film) et souhaite seulement que son fils poursuive des études de biologie. Heureusement, la fin, magnifique, tente une réconciliation fictive qui n’a certainement jamais eu lieu dans la réalité.

Poesia sin fin raconte avec une belle énergie et un sens du spectacle osé, le parcours de Jodorowski, jeune adulte, aspirant à devenir un poète. Il va rencontrer tout une flopée de personnages étonnants, grotesques, farfelus qui vont le porter vers les chemins de l’art. Cette galerie de silhouettes incroyables, de freaks sortis tout droit du Freaks justement de Tod Browning, constitue la sève particulière de ce film candide, rafraichissant et en même temps d’un autre âge. La liberté de ton et la naïveté avec laquelle Jodo oppose, non sans humour, la poésie au pouvoir, à l’argent, à la médiocrité de la vie de troupeau. Cela peut paraitre daté, voire prétentieux de ne jurer que par l’art, qui nous sauverait de tous les maux.

poesia-sin-fin

Mais,  il s’attarde surtout sur ces marginaux déments et accumule les séquences incroyables, d’une audace peu courante. Le jeune Jodo fait l’amour à une naine ensanglantée à cause de ses règles. Il rencontre dans un café, aux enluminures baroques et irréelles, une poétesse extravagante, aux formes démesurées, une créature tout droit sortie du Amarcord de Fellini (jouée par Pamela Flores,  actrice généreuse qui incarne sa mère). Il découvre son hétérosexualité par le biais de son cousin qui lui déclare sa flamme avant de se pendre plus tard (le cousin, pas Jodo). Il va croiser toute une faune d’artistes, fruit de l’imaginaire foisonnant d’un cinéaste plus vivant que jamais. A la question « quel est le sens de la vie? », il répond, puisqu’il intervient  en chair et en os à plusieurs intervalles dans le film, comme une présence bienveillante : « la vie n’a aucun sens, il faut juste la vivre ». On pourrait aussi reprendre cette phrase en disant le film n’a aucun sens, ou plutôt part dans tous les sens, il faut juste le voir. Et le ressentir.

Bref, ce cocktail détonnant de délires surréalistes pourrait devenir indigeste, si la mise en scène n’était pas aussi inspirée et inventive. Les décors artificiels et les images colorées, avec toujours cette obsession du sang, perçue comme une métaphore de la célébration de la vie, instaurent une ambiance à la fois jouissive et décadente. Si le film me semble plus réussi que le précédent, d’une facture visuelle parfois étriquée,  cela est sans doute du à la présence du chef op Christopher Doyle qui compose des plans foudroyants de beauté. L’alchimie entre Doyle et Jodorowsky  parait totale. Pour info, Doyle est le chef op attitré de Wong Kar Wai. Les images obsédantes d’In the mood for love viennent en partie de lui. Il a aussi éclairé des films comme Paranoid Park, Hero ou encre The limits of control.

Il y a au moins une idée géniale par plan, une fougue dans la manière de conduire le récit qui estomaque, quand on sait que le réalisateur a aujourd’hui 88 ans, et qu’il continue d’exercer son art en toute liberté. Il vient de sortir une BD, tire toujours les cartes du Tarot, consulte les gens en tant que psychanalyste et prévoit de réaliser un troisième film, pour ce qui constituera une trilogie. A la fin de Poesia sin fin, il quitte le Chili pour rejoindre la France, Paris bien sûr, afin d’y rencontrer André Breton. J’ai hâte de voir ça! En tout cas, foncez voir le film, qui a vu le jour en partie grâce à ses admirateurs, par le biais d’un financement participatif.

(CHILI-2016) d’Alejandro Jodorowsky avec Adan Jodorowsky, Pamela Flores

0 commentaires sur “Poesia Sin Fin, d’Alejandro Jodorowsky”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *