20 films en 20 jours en 1000 signes, épisode 3

« Quand je serai adulte, c’est le premier film que je voudrais regarder », déclare B., 6 ans, en découvrant le pitch. Faut dire que Dave Made a Maze de Bill Watterson (pas celui de Calvin & Hobbes, 2017) a la meilleure accroche du monde : Dave construit un labyrinthe en carton dans son salon. Il se perd à l’intérieur. Dommage que le film soit nul. Le traitement serait original dans un monde parallèle, où ni Michel Gondry, ni Wes Anderson, ni Kevin Smith, ni Charlie Kaufman n’existeraient, où les clins d’œil au cinéma 80s seraient denrée rare. Ce premier long sent la carte de visite pour engendrer des critiques pointues pleines de « déglingué », « branquignole » et autres « jubilatoire ». Perso, je me contenterai du mot « naze ». Le discours sur les affres de la création et les vertus du DIY finissent même par rendre tout ça un peu répugnant. « I just wanted to make something ». Pas obligé de le faire sur mon temps libre, Billy : la broderie c’est pas mal non plus pour s’occuper les doigts.

 

Trinity and Beyond de Peter Kuran (1995) est le chef d’œuvre de nuke porn que vous ne saviez pas que vous aviez envie de regarder. Ce docu sur les essais nucléaires militaires états-uniens est une œuvre de voyeur absolu, mélangeant propagande restaurée, CGI discrets et footages déclassés de l’armée à gogo. Peu de perspective historique, quasi rien de science et pas un pet d’éthique, mais un festival d’ogives luisantes, de bateaux de guerre, d’avions de chasse, d’hélicos et de jeunes gens en shorts kakis torses nus dans les atolls du Pacifique. Et puis, surtout, des EXPLOSIONS. De loin, de près, au ralenti, sur terre, sous l’eau, dans l’espace : des boules de plasma, des tempêtes de feu, des nuages kilométriques et des camions qui volent, des immeubles qui implosent, la caméra elle-même qui saute quand frappe l’onde de choc. Les dernières minutes offrent en bouquet final un gang bang insensé de champignons géants sur fond de musique symphonique tonitruante. Candide, cynique, terrifiant.

 

0 commentaires sur “20 films en 20 jours en 1000 signes, épisode 3”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *