Catégorie:

Certifié Bizarre

Blind sun, de Joyce A. Nashawati

Blind sun, film singulier et maîtrisé, situe son action dans un futur proche, en Grèce, prenant pour cadre une situation sociale et politique pertinente qui évoque les événements récents du pays. La crise, présentée de manière allusive, sert de toile de fond à cet univers légèrement dystopique, plongeant le personnage principal en milieu hostile. Ashraf, …
Lire la suite

Evolution, de Lucile Hadzihalilovic

Nicolas (Max Brebant) et le bouillon primordial Le mot « Évolution » nous promet un processus. L’abstraction d’un truc grandiose passant de l’amibe à la civilisation. Le conceptuel apathique d’un mot en « tion ». Au pire incompréhensible et excitant, au mieux excitant parce qu’incompréhensible. On s’attend aussi peut-être à du vertige, façon « Cette baleine était une loutre et …
Lire la suite

Il est difficile d’être un dieu, d’Alexei Guerman

Alexei Guerman, décédé en 2013, n’a pu achever son dernier film testamentaire, son cinquième en 50 ans de carrière, laissant le soin à sa femme, Sveltlana Kamalita, de terminer le tournage de ce projet épique et atypique. Déjà en 1968, le russe souhaitait porter à l’écran le roman de science-fiction des frères Strougatski, auteurs du …
Lire la suite

Réalité de Quentin Dupieux

Au cœur d’un entrelacs de récits gigognes, une histoire s’impose. Celle de Jason, un cadreur de plateaux télé qui souhaite réaliser un film d’horreur de série Z, intitulé Waves, où des téléviseurs tuent les gens par le biais d’ondes mortelles. Le sujet fait d’ailleurs écho à Halloween 3 le sang du sorcier, de Tommy Lee Wallace. …
Lire la suite

Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas

Le style de Carlos Reygadas s’apparente à celui du réalisateur français Philippe Grandrieux. Tous deux n’hésitent pas à tester les limites du média cinématographique pour partager des sensations. Le son, le cadre et la durée sont utilisés, de manière assez simple mais inhabituelle, pour provoquer chez le spectateur une expérience sensorielle. Le film ressemble alors …
Lire la suite

Sweet movie

Sweet movie fait partie des classiques de l’étrange, et pourtant, ce n’est qu’aujourd’hui que je le découvre. Avec sa succession de scènes surréalistes, on pourrait croire à première vue que c’est là l’oeuvre d’un fou, un réalisateur qui n’aurait pas su dépasser le stade anal de l’enfance. Du pipi, du caca, des batailles de bouffe, …
Lire la suite

Ulysse, souviens-toi ! (keyhole)

J’ai vu l’autre soir un bout de Spiderman 2 à la télé et je suis resté interloqué. L’ennui, d’abord, face au cliché, l’image mille fois vue, le dialogue archirabâché. Et puis, de temps en temps, une lueur. Un personnage attachant. Une surprise. Avant que ne reprenne le long flot inconséquent. On reproche souvent aux blockbusters …
Lire la suite

Rubber de Quentin Dupieux

On avait quitté Quentin Dupieux sur l’excellent Steak, véhicule masochiste pour le duo Eric et Ramzy, véritable ovni venu de nulle part et vendu comme une comédie débile dans la lignée des Dalton ou de Double Zéro. L’échec commercial ne l’a pas incité à abandonner le cinéma ni à se conformer aux canons plus traditionnels …
Lire la suite

Loppsi 2

Normalement on ne parle pas de politique ici mais aujourd’hui, faut arrêter de déconner. On avait bien rigolé avec Hadopi dont la mise en oeuvre pachydermique ne permettra certainement pas d’atteindre son but. Plus grave, la loi Loppsi  a été adoptée à l’assemblée nationale par les députés. Sous couvert de combattre la pédophilie et le …
Lire la suite

Scott Pilgrim vs The world

Film protéiforme, SPVTW ne raconte ni plus ni moins que des souvenirs d’adolescence. En cela, l’intrigue ne va évidemment pas chercher très loin, et tout comme Shaun of the dead du même réalisateur, il ne cherche pas à véhiculer un message hautement philosophique. L’histoire évoque les affres amoureux d’un jeune homme de 22 ans, qui …
Lire la suite