Alone 2


Alone est un nouveau film de fantôme mis dans la boîte par les deux réalisateurs thaïlandais de Shutter, Banjong Pisanthanakun et Parkpoom Wongpoom. Difficile de renouveler le genre exploité comme un champ pétrolifère par nos amis japonais. Et pourtant, ça continue de fonctionner. Il faut dire que ce film de trouille est construit autour de solides personnages et un récit, certes simple mais efficace aussi. Phim a été séparée de sa soeur siamoise il y a une quinzaine d’années par une procédure chirurgicale. Cette soeur n’a malheureusement pas survécu à l’opération.

La mère étant victime d’une attaque cérébrale, Phim se rend à son chevet. La demeure lui rappelle de douloureux souvenirs et c’est alors que le fantôme de sa soeur jumelle lui apparaît dans d’horribles cauchemars.

Si la série des Ring avait pour objectif principal de faire flipper le spectateur, Alone inscrit l’épouvante dans la motivation du fantôme. En effet, ce dernier persécute Phim à tout va, les visions allant crescendo dans l’horreur. Ce n’est plus l’attente de la vision qui provoque la montée de l’adrénaline mais ce sont des décharges successives et nombreuses (un coup de flip toutes les deux minutes par moments) qui ne laisse aucun répit et qui finit par stresser jusqu’à donner la chair de poule. De plus, le film nage en eau trouble car l’on ne sait jamais vraiment si c’est Phim qui fait une authentique psychose (elle consulte un psychiatre à plusieurs reprises) ou si la soeur jumelle est vraiment présente.

Le final, bien qu’inattendu, se situe dans un cadre moins surnaturel et tient plus d’un thriller classique avec son grand final spectaculaire. Décevant en un sens mais cette scène, apocalyptique, est visuellement très forte.

Sur le papier, Alone ne doit pas être très séduisant mais grâce à une bande son subtile et détaillée, cette énième histoire de fantômes passe bien et pour peu qu’on se laisse prendre au jeu (regardez-le tard la nuit, seul ou avec quelqu’un avec des ongles longs), le film devrait faire son effet.

Déjà disponible en dvd chez Wild Side


A propos de Jérôme

toute-puissance mégalomaniaque, oeil de Sauron, assoiffé de pouvoir et d’argent, Jérôme est le father de big brother, unique et multiple à la fois, indivisible et multitude, doué d’ubiquité. Il contrôle Cinétrange, en manipulant l’âme des rédacteurs comme des marionnettes de chiffons. Passionné de guerre, il collectionne les fusils mitrailleurs. Le famas français occupe une place d’exception dans son coeur. C’est aussi un père aimant et un scientifique spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Pour faire tout cela, il a huit doppel gangers, dont deux maléfiques. Il habite au centre du monde, c’est-à-dire près de Colmar.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Alone

  • Hasmoday

    Ah ba la fait que ça ne soit plus surnaturel à la fin, m’a entièrement conquise ! Encore une fois, les réalisateurs de Shutter, ne m’ont pas déçu 🙂

  • kitsunee

    Rien a ajouter à cette description. C’est un film efficace par son côté passe par tout, il est donc un bon objet de commerce et plait à de nombreux spectateurs. Cependant, un spectateur averti et en attente de nouveauté sera décu par le fond et le contexte banal de l’histoire. Cependant ce spectateur n’en sera pas moins effrayé. Moralité, c’est un film banal et commercial qui aura tout de même son petit effet sur le spectateur quel qu’il soit. 5/10
    Kitsunee