Infestation

Quand il se réveille emmitouflé dans un cocon sur son lieu de travail, Cooper est plutôt surpris. A peine se libère-t-il de la toile, qu’un insecte géant fait son apparition. Cooper découvre vite que les environs sont envahis par ces créatures. Il réunit un groupe de survivants pour tenter d’échapper aux monstres.

Infestation est une sympathique petite bêtise pour tous les amateurs de bestioles mutantes. On retrouve les habituels personnages stéréotypés. La blonde qui psychote sur son maquillage alors que c’est l’apocalypse, l’amoire à glace un peu béta, la brune intelligente, et bien sûr le héros looser.

Le petit groupe va devoir se frotter à des insectes géants de deux types : des blattes qui rampent et des frelons volants, tout droit sortis de Starship Troopers. Si le film se laisse suivre sans ennui, c’est grâce à ses effets spéciaux plutôt réussis. On sent que c’est un peu cheap mais les bestioles s’intègrent généralement assez bien avec le décor et interagissent avec les personnages. L’extrême imbécilité du héros ravira les amateurs d’humour au ras-des-pâquerettes (je suis client). Pour conclure cette vente, j’ajouterais l’argument décisif : la présence de Ray Wise au générique. Il interprète, ô surprise, un père tyrannique, psychopathe, et militaire à la retraite. Il faut le voir en treillis, enfourcher son vélo pour aller attaquer  la ruche ennemie…

Revers de la médaille, il ne faudra pas compter sur le scénario, ici en mode linéaire automatique : les personnages vont d’un point A à un point B et les plus faibles n’y survivent pas. On a déjà vu plus passionnant…

Disponible en dvd et blu-ray chez Free Dolphin.

1 commentaires sur “Infestation”
  1. Le making of, présent sur le dvd, est assez intéressant. On apprend notamment que les insectes sont à la fois mécaniques et de synthèse, chose rare à une époque où l’on fait surtout – et presque uniquement – appel à la synthèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *