Festival des Maudits Films à Grenoble


Troisième édition cette semaine pour le plus que sympathique Festival des Maudits Films de Grenoble, qui propose cette année encore, du mardi au samedi, une chatoyante programmation consacrée au cinéma bis dans la non moins chatoyante Salle Juliet Berto. A découvrir, une première soirée consacrée au cinéma de genre québécois (via deux sélections thématiques de courts-métrages, et l’avant-première européenne du moyen-métrage « expérimentalo-hardcore » Théorie de la religion de Frédérick Maheux – en présence du réalisateur), le classique intemporel Les Yeux sans visage de Franju le lendemain, un alléchant double programme consacré aux raretés de la Hammer le jeudi (avec Les Monstres de l’espace, de Roy Ward Baker et Le Cirque des vampires, de Robert Young)… Et l’on reprend de plus belle le week-end, avec pas moins qu’un triple programme le vendredi (avec le toujours sympathique Planète interdite de Fred M. Wilcox, le méconnu Le Sadique Baron von Klaus de Jess Franco, et le kitschouille L’Attaque de la moussaka géante en séance de minuit) et une séance grindhouse dédiée à Paul Bartel pour conclure le samedi (avec évidemment l’incontournable Course à la mort de l’an 2000, mais aussi la curisoité Lust in the dust, western 80’s avec Divine !)

Ca y est, on a fait le tour ? Pas encore, puisque sont également prévus une rencontre avec Nicolas Stanzick autour de son ouvrage Dans les griffes de la Hammer, une exposition des artistes contemporains Pierrick Favret et Roman Scrittori en lien avec le cinéma bis, une table ronde autour du cinéma québécois, et enfin un ultime double programme de courts-métrages le samedi après-midi… Qui sera, entre-autres, l’occasion de découvrir sur grand écran le très brut de décoffrage Safari de Pierre Reynard (ci-dessous), jeune réalisateur grenoblois déjà auteur d’un passablement radical Hybris Baseball il y a quelques temps. A ne pas manquer !

Enfin, puisqu’on parle à la fois de Grenoble et du Québec, profitons-en pour signaler que l’émérite métrage Burn Paris Burn, réalisé par les Grenoblois Laurent Sebelin et Pierre Massine, est désormais distribué en DVD au Québec par Distribution Select en partenariat avec le festival Spasm, et disponible chez Archambault. Si vous n’avez toujours pas vu la fameuse « success-story psychédélique », il est encore temps d’implorer le pardon des réalisateurs sur le site occulte de la Youth Industry… C’est dit !



A propos de Damien

vivant à Grrrr noble, il est le seul vrai authentique journaliste de la bande. Au courant de tout avant tout le monde, notamment en ce qui concerne les modes musicales électro-low tech d’Afrique subsaharienne, nous lui sommes éternellement redevables de nous avoir fait découvrir Die Antwoord. Damien est aussi l’inventeur du lolcat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *