L’étoile du mal / Lifeforce

Mine de rien, Lifeforce, rebaptisé L’étoile du mal pour sa sortie DVD/Blu-ray, offre sur un plateau une combinaison de talents borderline assez déroutante. Un cas d’école en soi.

On ne peut parler de ce film sans dire un mot de l’aventure surréaliste des cousins  Menhamen Golan et Yoran Globus, fondateurs de la défunte Cannon (en fait qui existait déjà) et producteurs hallucinants d’éclectisme.  A ce degré-là, c’est même quasiment du suicide. Apparu dans les années 80, sous l’effigie de la Cannon, les deux lascars produisirent aussi bien d’un côté Invasion Usa, Delta force, Portés disparus, trois films de propagandes avec Chuck Norris, mais aussi American Warrior, The barbarians, Kalidor, Over the top…. Et j’en passe et des meilleurs. Et je n’évoque même pas les nanars du genre …Les aventures d’hercule ou Mata Hari.

Et puis de l’autre côté des œuvres dit « d’art », enfin pour les deux cousins, soit Barfly de Barbet Schroeder, Fool for love de Robert Altman, The bayou et Runaway Train de Konchalovsky, Les vrais durs ne dansent pas de Norman Mailer et cerise sur le gâteau, ce n’est pas une blague, King Lear de Jean Luc Godard. La légende voudrait  que les nababs israéliens aient dîné avec Godard et qu’ils aient signé le contrat sur un bout de nappe. Ce qui, vu leur  mégalomanie et leur excentricité, n’aurait rien de si extraordinaire. Bref !

Signer un film de Tobe Hooper n’est pas non plus une mince affaire. Le génial réalisateur de Massacre à la tronçonneuse, avant d’accepter des projets foireux type Crocodile, avait la cote. Son précédent film, Poltergeist, produit par Spielberg, n’a pas très bien marché, en dépit de ses réelles qualités, produit hybride à mi-chemin entre l’univers merveilleux du papa d’E.T. et le penchant pour l’horreur malsain du réalisateur de Funhouse. Mais Hooper a encore un nom même si l’ombre omniprésente de Spielberg sur le tournage de Poltergeist a eu tendance à le discréditer. Ce qui était injuste. Et il se voit proposer une grosse production de 25 millions de dollars par la firme Cannon. Une occasion inouïe d’aller jouer dans la cour des grands et de se faire définitivement un nom aux côtés de Carpenter, Cronenberg ou De Palma.

A la base, il s’agit d’une adaptation d’un roman de Wilson Collins : Les vampires de l’espace.  Enfin le dernier talent logique à l’aventure n’est autre que le scénariste, Dan O’Bannon, le géniteur d’Alien et le réalisateur du presque mythique aujourd’hui Retour des morts vivants. Lifeforce est une sorte de synthèse de toutes les obsessions et thèmes du célèbre scénariste, ayant fait ses débuts sur Dark Star de John Carpenter.

Lifeforce possède un script de fou furieux, cause de l’échec du film à l’époque et des très mauvaises critiques qui n’y virent qu’un fourre tout, un mélange absurde d’horreur et de SF pompée sur Alien.

L’équipage de la navette spatiale Churchill découvre un impressionnant vaisseau extra-terrestre, comportant 3 corps enfermés dans des cercueils de verres. En ramenant ces corps sur terre, l’équipage fait une grossière erreur. Lorsqu’ils se réveillent, ils « vampirisent » les êtres humains en leur soutirant non pas leur sang, mais leur force vitale. Pour survivre, les victimes encore vivantes se voient obligées de vampiriser à  leur tour. La pandémie est alors inévitable sauf si l’on arrête la source qui a pris l’apparence sublime du corps de Mathilda May…

Le mélange entre épouvante gothique et science fiction moderne, s’il a froissé les esprits à l’époque, n’a pas pris une ride aujourd’hui. Au contraire, le film se bonifie avec le temps. Les remarquables effets spéciaux de John Dyksta, la superbe photographie du grand chef opérateur  Alan Hume et l’interprétation sans faille, notamment du trop rare Steve Railsback concourent à la réussite flagrante de ce film injustement méprisé à l’époque.

L’originalité du propos, en dépit de quelques longueurs, est soutenue par la mise en scène énergique et parfois insolite de Hooper, qui n’hésite pas invoquer les fantômes de la Hammer dans un cadre ultra moderne de SF adulte. Le résultat est stimulant et confirme tout le bien que je pense du réalisateur depuis longtemps. Son goût pour les cadrages insolites, son penchant pour l’humour noir et les éclats gore,  cette manière presque unique d’imbriquer des univers opposées au sein d’un même récit font de Tobe Hooper un réalisateur à part, un peu oublié.  Et puis un film où Matilda May, alors âgé de 19 ans, se promène nue, pendant tout le film (surtout au début) est un plaisir pour les yeux qui ne se refuse pas.

La copie est splendide permettant pleinement d’apprécier les couleurs bleutées, les beaux mouvements de caméra et une superbe direction artistique.

(USA/GB-1984) de Tobe Hooper avec Mathilda May, Steve Railsback, Peter Firth, Franck Finlay

Edité par Sidonis Calysta. Format : 2.35. Son : 5.1 (VO) 2.0 (VF). Durée : 1 h 51. Sous-titres : Français

Bonus

Grosse déception. Un petit texte rédigé par Marc Toullec est lu par une «présentatrice » qui visiblement pourrait aussi bien nous évoquer la météo que de parler du dernier match de foot à la télé. Elle a beau s’appliquer, on se dit que rien ne vaut la voix d’un passionné. Enfin bref.

Et on ne va pas tirer sur une ambulance mais il est vrai que la jaquette est particulièrement hideuse.

275-386

 

 

 

 

 

2 commentaires sur “L’étoile du mal / Lifeforce”
  1. J’adore ce filmmmmmm ! A l’origine de bouffées grave d’hormones lors de mon adolescence !! Enfin en Blu ray. Comme toi, Manu, Hooper est pour moi un ptit génie maudit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *