Le 16ème Festival du Film Fantastique de Gérardmer


Cédric Muller, notre espion envoyé dans les froids intenses de Gérardmer afin de savoir si la cuvée 2009 s’avérait un cru à haute teneur qualitative semblait avoir disparu. Un chien de traineau l’ayant retrouvé dans les glaces, nous lui avons soutiré les pages de manuscrit de ses doigts crispés. Les voici. (Udéka)

Morse, le Grand Prix du Festival

L’Arrivée

M’étant fantastiquement ennuyé l’année dernière à Gerardmer et ce en dépit d’une excellente sélection, c’est sceptique, voir résigné, que je me suis rendu à cette 16ème édition de Fantastic’art. Il faut l’avouer, les interminables files d’attentes devant les salles de cinéma, qui n’ont rien à envier à celles de Disneyland ou de l’ANPE, ont de quoi rebuter le plus motivé des geeks. C’est en effet dans un froid polaire et sans aucune distraction possible que l’on espère, parfois en vain, pouvoir assister à une projection tout en conservant ses orteils dans la mesure du possible. Aussi, en arrivant le vendredi, je commets ma première erreur en me procurant des pass séance pour la journée et un pass week end pour le reste du festival.

C’est au terme d’une heure et demi d’attente que je me vois refuser l’entrée de la projection de Midnight Meat Train précédée d’un hommage à John Landis, les pass Arc en ciel étant prioritaires sur les pass festival, eux-mêmes prioritaires sur les pass week end. Autant dire qu’avec mon pauvre pass séance, je n’ai plus qu’à aller me brosser. Je décide de me rabattre sur un croque- monsieur mais, « Désolé, le grill n’est pas chaud ». Ça tombe bien, moi non plus. Je me rue dans le premier bar venu mais « Désolé, on ferme à 19h ». Fulminant et frigorifié, je tente ma chance dans un autre bar où j’attendrai une demi-heure que la serveuse daigne venir prendre ma commande.

Exaspéré, je rentre à l’hôtel pour retrouver une chambre de neuf mètres carrés, digne de la pension de Norman Bates : moquette verte aux murs, dans la salle de bain, robinet qui goutte… Les trois étoiles ont dû être gagnées sur les pistes de ski ainsi que le flocon qui va avec.

Ne trouvant aucune corde pour me pendre, je décide de me rendre sur le Sunset boulevard de Gerardmer afin d’y trouver quelque animation. L’espace Tilleul, centre névralgique du festival, offre son lot d’ateliers de maquillages, de stands de jeux de société, de T-shirts souvenirs ou de foulards multicolores (?). Au fond de la salle, trois ou quatre écrivains de SF attendent les bras croisés qu’on vienne leur acheter un livre ou, à défaut, leur poser une question. Bref, le show bat son plein. On est loin de l’ambiance d’une convention Star Trek.

Rebuté par le côté rustique et vieillot de l’espace Tilleul, je décide de traverser la rue pour me rendre au grand hôtel, en quête d’un peu de glamour, de people et, surtout, de Jaume Balagero, président du jury longs métrages. Un vigile tente de me couper dans mon élan et entreprend de m’interdire l’entrée. Mes Ray-Ban sur le nez, je lui lance un « Je suis attendu » condescendant sans même le regarder. Ça marche. Je passe devant une demi-douzaine de badeaux congelés qui attendent docilement derrière leurs grilles que Pierre Mondy ou Véronique Jannot viennent leur signer un autographe.

Dans le salon du grand hôtel, je croise un Fabrice Du Welz décontracté et tout sourire, lunettes de soleil et chapeau comme à son habitude. Aucune trace de Jaume Balagero. Je rencontre Olivier Beguin, réalisateur suisse de Dead Bones. Passionné, drôle et extrêmement sociable, Olivier me raconte des anecdotes sur son court-métrage et sur Ken Foree, le producteur exécutif. Le tournage ayant eu lieu dans des décors de parc à cowboys en Espagne, la majeure partie du film a donc été tournée en présence du public. Mort de rire, Olivier évoque les interminables séances photos de Ken Foree posant avec des touristes japonais qui le prenaient pour une mascotte Mickey en uniforme confédéré.

Le lendemain s’annonce sous de meilleurs auspices dans la mesure où j’ai enfin le pass approprié. J’accède à la projection des courts métrages au terme de quarante cinq minutes d’attente (trois fois rien). Là, l’ambiance est nettement plus chaleureuse. Tandis que le président du comité d’organisation présente les différentes équipes de films en compétition, le public scande le nom de Gregory Morin, réalisateur de Paris by Night of the Leaving Dead. David Scherer, surnommé l’homme aux 300 courts métrages, n’est pas en reste : le talentueux maquilleur est venu avec son fan club, bien décidé à réchauffer la salle. Vladimir Cosma, président du jury courts-métrages semble apprécier l’ambiance bon enfant, tandis que Julie Ferrier et François Vincentelli, membres du jury avec Mabrouk El Mechri et Leila Bekhti, plaisantent sur scène.

1 commentaires sur “Le 16ème Festival du Film Fantastique de Gérardmer”
  1. Super gonzo compte-rendu. Merci Cédric. J’espère que tu as été bien payé.
    A noter que Paris by night of the living dead est visible en VOD sur l’offre de SFR/Neuf. Même en HD il me semble ! Par contre, je crois qu’il faut se dépêcher. Le film ne révolutionne pas grand chose mais c’est plutôt fun dans le genre. Roland Emmerich devrait aimer (la Tour Eiffel dégringole).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *