Zeder, de Pupi Avati

Comparé à la production horrifique italienne standard, Zeder fait figure d’anomalie, d’exception culturelle dans sa volonté de s’affranchir des conventions et de certains codes typiquement latins. Au début des années 80, l’escalade dans le gore et le crapoteux avec toute une série de pelloches de  zombies et de cannibales, plonge le cinéma de genre transalpin vers une dégénérescence dont il ne se relèvera plus quelques années plus tard. La rigueur littéraire du film d’Avati détonne vraiment à une époque où les scénarios n’étaient que des prétextes à un festival de démembrements sanglants , d’énucléation, de tripailles à l’air,  et de scènes de sexe gratuites.

Un esprit feuilletonesque plane sur le récit foisonnant imaginé par par Pupi Avati et son frère Antionio, auquel s’adjoint le fidèle collaborateur Maurizo Constanzo. Un travail à 6 mains qui, une fois n’est pas coutume, s’avère fructueux par son ambition et sa construction habile.

Stefano, un écrivain en panne d’inspiration, se voit offrir une vieille machine à écrire par sa petite amie Alessandra. Il découvre que cette antiquité renferme des secrets occultes défiant les lois de la nature et découverts par le scientifique Paolo Zeder. Intrigué puis obsédé par cette affaire, Stefano va se plonger dans l’existence mystérieuse de Zeder, qui aurait découvert que les morts pouvaient revenir à la vie dès lors qu’ils étaient enterrés dans un lieu précis, nommé le terrain K. Son enquête jette le trouble dans un univers de conspiration où les apparences sont trompeuses.

Les ramifications de l’histoire sont nombreuses et il faut être attentif pour ne pas perdre le fil, ce qui est assez inhabituel pour un film d’épouvante italien, plus enclin à fasciner par ses ambiances morbides et ses qualités plastiques. Pupi Avati est un artisan classique au sens noble du terme,  ayant traversé tous les genres en vigueur avec professionnalisme au cours de sa carrière. La comédie (La cage aux minets), le drame historique (Une saison italienne), la romance (Un cœur ailleurs) la biographie musicale (Bix)ou ici l’horreur, traitée avec un sérieux qui force le respect. Son premier long métrage, Balasamus, l’homme satan, était déjà un film d’épouvante. En 1976, il signa aussi un classique incontournable du giallo avec La maison aux fenêtres qui rient.  Les influences lovecraftiennes sont évidemment très présentes et on pense parfois à du Fulci qui aurait mis de l’eau dans son vin rouge concernant les débordements gores. Mais ce serait du Fulci investi par une soif d’écriture, par un plaisir de faire avancer un récit construit sous la forme d’une enquête surnaturelle assez passionnante pour peu que l’on accepte quelques naïvetés.

Assez avare en séquences chocs, Zeder vaut pour son ambiance trouble et malsaine, sa description d’une société italienne étouffée par ses principes religieux et sa peur de l’inconnu. En ce sens, il s’agit d’une œuvre profondément catholique, viscéralement ancrée dans ses croyances, traitant son sujet avec une vraie candeur comme si tout ce qu’on voyait à l’écran était réel. La mise en scène, inspirée et sans esbroufe intensifie la crédibilité de l’ensemble. Elle n’a rien de baroque; on est loin des frasques d’un Argento ou d’un Bava. Il ne faut pas oublier que le film fut produit par la Rai, d’où le côté un peu téléfilm qui irrigue l’image. Mais cette facture visuelle un peu terne, limite naturaliste,  sert efficacement une histoire glaçante et plausible. La musique étouffante  et un brin appuyée de Ritz Ortolani accentue cette impression.

Pupi Avati tente ce qui est le plus difficile dans le cinéma d’épouvante : évoquer l’indicible, l’impalpable en passant non par une forme abstraite mais au contraire par quelque chose de concret, à l’instar de ces morts qui sortent de la terre. On croirait assister à une adaptation réussie d’une nouvelle oubliée de Lovecraft.

Bien sûr, Zeder n’est pas exempt de scories. Le film accuse quelques problèmes de rythme; certains personnages secondaires sont inutiles, à commencer par la petite amie de Stefano, la potiche de service, interprétée par Anne Cannovas. Elle finira ses jours (enfin on espère qu’elle sortira de cet enfer) dans Plus belle la vie, presque 30 ans plus tard. A ses côtés, Gabriel Lavia s’en sort bien mais son personnage manque d’étoffe, il représente une silhouette fonctionnelle sans épaisseur aucune. Il n’est qu’un œil témoin, sorte d’alter ego du cinéaste ou spectateur avançant au cœur d’une intrigue de plus en plus inquiétante.

Loin des facilité du genre et de la médiocrité du tout venant bis, Zeder  parvient à terrifier grâce à son climat mortifère et son approche rigoureuse du surnaturel, tout en distillant une poésie macabre séduisante. Et l’épilogue, par ses possibles interprétations, est assez flippant.

 

(ITA-1983) de Pupi Avati avec Gabriele Lavia, Anne Canovas, Paola Tanziani, Cesare Barbetti, Bob Tonelli, Ferdinando Orlandi, Enea Ferrarrio, John Stacy

Edité en combo DVD/Blu Ray par Ecstasy of films. Durée : 96 min (DVD) et 100 min (Blu-ray). Langues : Français et italien. Sous-titres : Français. Son : Stéréo (DVD) et DTS-HD Stéréo (Blu-ray). Format : 1.85.1(16/9eme comp. 4/3)

Bonus :

  • LE FACTEUR K : Entretien avec Pupi et Antonio Avati (31min17s)
  • DIABOLUS IN MUSICA : Entretien avec Riz Ortolani (23min)
  • BANDE-ANNONCE ORIGINALE
  • GALERIES PHOTOS
  • Le livret de 20 pages « DE A(VATI) À Z(EDER) » est écrit par le passionnant auteur, essayiste et directeur de collection, Frank Lafond. Il est l\’auteur de « Jacques tourneur, les figures de la peur (2007) », de « Joe Dante, l’art du je(u) (2011) » et du « Dictionnaire du cinéma fantastique et de science-fiction (2014) ». Le livret est un complément essentiel à la découverte de cette œuvre.

0 commentaires sur “Zeder, de Pupi Avati”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *