Pauvre petite fille riche

Les blagues belges étant épuisées au cours du dernier siècle, il a bien fallu se rabattre sur une autre catégorie, les blondes, dont on stygmatise fréquemment le QI. Pourtant, celles-ci étaient bien vues par la gente masculine, obligeant Lio à contre-attaquer avec son tube Les brunes comptent pas pour des prunes. Autre catégorie sociale qui a trouvé des moqueurs : les riches. Katerine dépeint leur mode de vie dans son 100% VIP, et le Klub des Loosers nous parle de la dure condition de vie des étudiants versaillais dans Sous le signe du V.

G.Y.L., artiste électro indépendant de son état, a décidé de mixer les deux et d’évoquer en chanson les affres de cette pauvre petite fille riche, bimbo blonde VIP. Barbie est parti d’un coup de coeur d’un texte de Ktrind, slammeuse et membre active de la fédération française de slam poésie.

Pour le clip, G.Y.L. a fait appel à Thibaut Desjardins, entomologiste des blondes, puisqu’il a déjà réalisé les épisodes de Blonde Zero, où de jeunes lilloises sont confrontées aux forces du mal. Avec Barbie, il livre un clip coloré, dynamique et psychédélique qui glisse doucement vers le trash alors que le chanteur s’énerve. On regrette juste un peu que ça n’aille pas plus loin dans le politiquement incorrect.

Le blog : pauvrepetitefilleriche.over-blog.com

0 commentaires sur “Pauvre petite fille riche”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *