Dance of the Dead en DVD et Blu-Ray

dance-of-the-dead-couple-antizombies

Un bal de fin d’année se voit chamboulé par une invasion de zombies. Tous ceux qui ne furent pas conviés, qu’ils soient derniers de la classe, geeks ou joueurs de métal, se serrent les coudes pour sauver la ville… du moins ce qu’il en reste.

Dance of the dead est typiquement le genre de films que l’on serait incapable de produire en France. Le film est pourtant une simple série B, à petit budget, et ressasse le thème de l’attaque des zombies, concept exploité jusqu’à la moelle depuis des dizaines d’années. Et pourtant, et pourtant, Dance of the dead est remarquablement divertissant. Ce n’est pas grâce à son histoire simpliste qui suit une bande de jeunes en route pour le bal de fin d’année et qui tombent face à une invasion de morts-vivants. Le scénario multiplie les passages obligés du genre : le siège dans une maison avec les barricades, les « headshots », le bon copain qui devient zombie, la confection d’armes avec des outils, le héros qui se sacrifier, et j’en passe.

Mais rien n’y fait. Malgré tous ces défauts apparents, Dance of the dead reste un bon film qui ne se prend pas la tête, diablement rythmé avec de nombreuses scènes rigolotes. On citera en exemple la scène où trois gus dans un garage, en train de composer du rock metal, se servent de riffs de guitare pour distraire les zombies. Et ça marche !

Parallèlement, le scénario développe des sous-intrigues amoureuses entre les différents protagonistes.  Ces derniers se retrouvent alors en décalage total avec l’ambiance apocalyptique où les zombies affamés se jettent sur le moindre vivant qui passe. De même, tous les jeunes sont sur leur trente et un (robe de soirée, smoking) et à force de défourailler à l’arme blanche des cadavres en décomposition, ils finissent maculés d’hémoglobine.

brdoftdLe fait est que Gregg Bishop, le réalisateur, ne prend pas son public de haut et ne se prend pas du tout au sérieux, totalement décomplexé face au « genre » qui inclut des grands noms comme Romero. A côté de cela, le film nous livre un paquet de scènes aussi délirantes que gores avec arrachages de membres. Nous avons droit aussi à de bons dialogues tout en finesse (voir plus bas), ce qui est assez rare pour ce genre de productions. Par contre, le réalisateur prend un malin plaisir à filmer sa bande de loosers, des « geeks » qui n’ont pas trouvé de cavalière pour aller au bal…

Filmé à cent à l’heure, on voit que l’ensemble de l’équipe du film a pris plaisir au tournage. Le film est bourré d’idées, souvent déjà vues mais qu’importe, car le tout fonctionne exceptionnellement bien.

Morceaux choisis :

–         on gagne pas une guerre avec un cure-dent et de la mimolette.
–         Ils ont mangé le roi du bal !
–         Je viens de faire tomber le détonateur dans un saladier de chips !

–         Vous êtes qui en fait ?
–         Le club de science-fiction…

Côté blu-ray, l’image est de très bonne facture même si elle n’égale pas, bien sûr, les grosses productions hollywoodiennes. Le son est un peu plat malgré quelques passages très rock’n’roll; dommage. La VF est parfaite, en accord avec le délire ambiant. Petit détail, j’ai dû régler la platine en 1080i au lieu de 1080p habituel sous peine d’avoir une image intermittente.

Bonus : making-of, scènes coupées et une bande-annonce

Editeur : Free Dolphin

3 commentaires sur “Dance of the Dead en DVD et Blu-Ray”
  1. Moi j’ai trouvé ce film particulièrement mal filmé. Son côté clippesque continu le rend exaspérant.
    Le film reste malgré tout regardable car il est plutôt fun par son ton comique adopté. Cela ne justifie pas pour autant un achat.

  2. Filmé platement, pas de souci. N’importe qui aurait pu être derrière la caméra. Par contre, le côté clippesque, je comprends pas trop. Il n’y a pas trop de caméra secouée, le tout reste plus lisible que du Michael Bay…
    Ce qui peut gêner, c’est peut-être qu’une sènce dure maximum 3 à 4 minutes et qu’ensuite on passe à tout autre chose sans aucun lien dans la narration.
    Mais personnellement, c’est ce qui me plaît.
    Après avoir vu le making-of, on voit que quasiment toute l’équipe est très « jeune » et peut expliquer ce projet un peu fou-fou pas très malin mais en roue libre.

  3. Voilà mon avis quand j’avais vu ce film il y a presque un an au festival de Neuchâtel :

    Réalisé en 2008 par l’américain Gregg Bishop, Dance of the dead est une comédie horrifique dont l’action se déroule à l’occasion d’un bal de fin d’année.

    Le cadre du film est purement américain avec ce fameux bal. Pour leur part, les protagonistes sont de purs archétypes d’étudiants américains : on retrouve le bad boy, le rocker, la pom-pom girl, les intellectuels passionnés de sciences. Ce film part du principe qu’en raison de la présence de centrales nucléaires, des morts sont revenus à la vie. Ce qui donne lieu au début du film à une scène qui s’inspire du cultissime Dellamorte Dellamore de Michele Soavi. Par ailleurs, à l’instar du film L’armée des morts de Zack Synder, les zombies sont ultra rapides et attaquent les êtres humains à la vitesse grand V.

    Disposant d’un scénario particulièrement indigent, Dance of the dead est désservi par des scènes d’action, lesquelles représentent environ la moitié du film, qui sont confuses car filmées avec des accélérés typiques du filmage MTV. Le film finit par donner bien mal au crâne avec cette réalisation pour le moins chaotique. Gregg Bishop filme n’importe comment et on sent bien que le bonhomme n’est pas un grand cinéaste.

    Heureusement, son film demeure supportable car il comporte une dose d’humour qui se révèle communicative. Le film est sans prétention et ses héros sont bien sympathiques. Plusieurs scènes sont très drôles, comme lorsque le professeur se moque au début d’un de ses élèves j’en-foutiste, lorsque les jeunes cherchent leurs cavaliers et cavalières pour le bal, lorsque les zombies se montrent étrangement sages au moment où ils entendent un concert de rock, lorsque le militaire aide les jeunes à se révolter contre les zombies.

    Au final, malgré un filmage exaspérant, un scénario indigent et un côté teen bien marqué, le film de Gregg Bishop se suit sans mal car l’humour, bien senti, est omniprésent.

    Et un petit lien sur mon blog (et celui de copains) :
    http://dejantesducine.canalblog.com/archives/2008/07/18/9953625.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *