Support

30 novembre 2009

Entretien avec Jean-Teddy Filippe

Tous les articles de »
Ecrit par : Léo

Nous avons découvert les travaux de Jean-Teddy Filippe à travers à ses « documents interdits » projetés à l’étrange festival de Strasbourg 2009.

Les douze « Documents Interdits » ont été regroupés sur une galette unique, éditée par Arcades Video. Son film Hors du temps sera diffusé le 15 décembre 2009 à 23h sur ARTE.

jtpLes Documents interdits ont été diffusés pour la première fois à la télévision (FR3 / La Sept) à la fin des années 80. Dans quelles circonstances avez-vous réalisé ces films ? S’agissait-il d’une commande de La Sept ou avez-vous réalisé ces courts de votre propre initiative ? Etait-ce une idée que vous ruminiez depuis longtemps ?
L’INA, sous l’impulsion de Thierry Garrel, voulait réaliser un programme d’habillage de chaîne. L’idée était de faire des formats très courts, qui auraient été diffusés de manière aléatoire, un peu « ovniesque », pour surprendre le spectateur. C’est sur terrain que l’idée des documents interdits est venue. Elle est venue d’autant plus vite, qu’à ce moment-là je travaillais en pub et que j’avais très envie de me libérer d’une certaine lourdeur de tournage.

Contrairement à ce qui s’est passé plus tard sur Arte, ces premiers passages n’étaient accompagnés d’aucun habillage mettant en doute l’authenticité des Documents. Avez-vous eu des retours sur cette première expérience ? Les réactions vous ont-elle surpris ? Pourquoi, lors de la rediffusion, avoir signalé que ces documents étaient des faux ?
La télévision authentifie tout ce qu’elle diffuse, par conséquent « le sentiment de vérité » ne quitte pas le spectateur. Dans le cas des « Documents Interdits » l’adhésion avait été totale, mondiale et intense. Devant les nombreuses réactions suscitées par les films, la chaîne avait préféré préciser que la question de leur authenticité pouvait se poser … ce qui veut dire que l’on avait pas imaginé une seule seconde que cette question aurait pu se poser …

Pensez-vous que, vingt ans après, une telle opération d’info-fiction serait encore réalisable sur une chaîne publique ?
… mais aujourd’hui, il n’y a plus que de l’info-fiction … Voilà bien longtemps que l’on met de la musique dans les reportages. Plus personne n’y fait attention d’ailleurs. La voix off, en redondance outrancière avec l’image est l’unique grammaire utilisée dans toutes les émissions dites de « magazine d’investigation ». Pas un seul moment, le spectateur n’est laissé seul face une image sans qu’un commentaire en dirige la lecture, voire une re-lecture. La « fictionnalisation » du récit l’emporte sur tout autre démarche. Un récit fictionné, est un récit dont l’émotion est maîtrisée à chaque instant, et la télévision ne consomme que de l’émotion.

Quand, lors de la première guerre du Golfe, la fille de l’ambassadeur du Koweit, est venue témoigner, en pleurant en direct à la tribune de la commission parlementaire américaine, que les troupes irakiennes une fois dans Koweit City s’étaient précipitées dans les hôpitaux, pour emporter les couveuses, l’écoeurement était à son comble… Il semble que peu de gens se soient posés la question de savoir ce qui coûtait le plus cher ; lancer des divisions blindées à l’assaut d’un pays ou acheter des couveuses ? C’est pourtant sur l’idée que les irakiens tuaient les bébés que la nécessité de la guerre est passée dans l’opinion publique américaine. L’émotion avait fait son travail. Pour la deuxième guerre, tout le monde connaît maintenant le bluff monumental à propos des armes de destructions massives. On se souvient de Colin Powell et de son tube plein d’un produit, soi-disant dangereux, dont on sait aujourd’hui que ce n’était qu’un peu de silicone ….

Par la bouillie d’images déversée tous les jours sur le net, les chaînes, les portables, les journaux, etc, l’image n’a plus un statut très attractif. Elle a perdu sa magie, son mystère, et n’interpelle plus que très difficilement. De fait, elle demande sans cesse à être décryptée, authentifiée, radiographiée. Elle est suspecte dès sa naissance …

Quelle intention était la vôtre au moment de créer ces Documents ? Cherchiez-vous à créer des fictions ? A expérimenter avec le médium télévisé ? A faire naître une réflexion sur le statut de l’image ?
A l’origine, mon intention était de créer des bulles de merveilleux. Des petits moments suspendus pendant lesquels le rationnel était malmené avec le plus de vraisemblance possible, afin de générer quelques minutes de déstabilisation salutaire… Pour cela, il était nécessaire de raconter des histoires qui se déroulaient à la frontière du réel, là où le connu et l’inconnu s’entremêlent constamment, cette frontière à partir de laquelle on entr’aperçoit « l’autre côté » … Il se trouve que l’utilisation d’une caméra rudimentaire, (dans sa nature, et dans son mode) la relation d’un témoin unique, une grammaire cinématographique minimaliste, et des faits inexplicables par nature, se sont révélés des ingrédients précieux à la fabrication de ce que j’appellerai une première authenticité. La seconde est venue de la diffusion. La télévision est un média qui  facilite l’adhésion du spectateur au discours proposé.

jtp-lesoldat

Les personnages de vos récits ont une forte tendance à disparaître. La voix off, monocorde et atone, suggère à l’attention du spectateur des choses absentes. Quels rapports Les Documents entretiennent-ils avec la prestidigitation ? Avec l’hypnose ?
Dans les documents interdits, textes et images sont indissociables. La voix off demande juste au spectateur d’être attentif, très attentif, comme il devrait l’être à chaque fois qu’il est confronté à une image. Sans vouloir jouer sur les mots, je dirai que ce ne sont pas les personnages qui disparaissent, mais le phénomène qui les engloutit. Disparaître en laissant son adresse c’est une façon de ne pas aller très loin, et c’est inviter les autres à vous suivre…. Un jour où l’autre, il est probable que quelqu’un suivra un de ces personnages, ou cherchera à le faire… et alors il découvrira ce qu’il y a à voir et à comprendre.

Vous avez parlé, lors de votre passage à Strasbourg, d’influences littéraires précises (Ernst Jünger, Mircea Eliade, Carlos Castaneda). Le bonus des Fantômes(document 3) citent un poème d’Antonio Machado. Quelle place avez-vous accordé à l’écriture dans ces Documents ? Avez-vous calculé la tension entre texte et image ?
Oui. A la mise en scène ouverte aux accidents de tournage, je préfère une certaine rigueur.

Etes-vous lecteur de littératures de l’imaginaire ? Peut-on parler d’influence du réalisme magique sur votre travail ?
Influence…. je ne sais pas … ça a toujours été là, dans tout ce que j’ai fait, écrit, ou réalisé. J’ai du mal à imaginer une fiction généreuse, sans cette part de réel qui se confond avec nos espoirs, nos attentes, et les forces mystérieuses de la vie….dont parle souvent Paul Auster, un autre de mes auteurs préférés d’ailleurs…

On entend parler espagnol, russe, anglais, allemand, hongrois. Les textes sont doublés, dédoublés. Comment est venue cette idée d’ajoute l’étranger à l’étrange ? Les tournages exotiques ont-ils été effectués aux quatre coins du monde ou cela est-il également faussé ?
La double voix est un processus d’identification supplémentaire. Elle signifie que le film a déjà été vu, décortiqué, analysé, et de fait, peut être re-commenté avec assurance. Pour ceux qui comprennent les deux langues, ils pourront parfois remarquer de subtiles différences de traduction …

Le Naufragé (document 1) est un conte moderne au final étrange et poétique. La Sibérie (document 12) une farce grinçante et grotesque. Les Documents sont-ils numérotés dans leur ordre chronologique de réalisation ? A quoi est due cette progression dans la tonalité ?
Il était nécessaire à un moment, de faire comprendre sans détour, la démarche de ces films. La Sibérie était, en effet, censée être le signal. Il n’en a rien été en fait… Il a été reçu comme les autres.

jtp-enfantNi la jaquette du DVD ni les quelques suppléments ne signalent de façon claire que les Documents sont des fictions. Les bonus de La Sorcière (épisode 5) vont jusqu’à commenter le mode de fonctionnement de ces films, inventant un « syndrome hallucinatoire de masse » proche du ressenti du spectateur. Aviez-vous l’intention dès l’origine de pousser ces films vers la mise en abyme ? Comment réagissez-vous face à ceux qui soutiennent encore que vos fictions sont vraies ? Etes vous amusé ? Agacé ? Fier ?
Il me semble que la jaquette est explicite car il est dit, à propos des films  » Pourvu que l’on croit en leur authenticité ». Je suis toujours très touché que d’une manière régulière, voire cyclique, la crédibilité reprenne le dessus et perturbe la lecture des documents. Je ne crois plus aux dénégations. Les Documents sont entrés dans un cycle infernal dans lequel il est vain maintenant de chercher à prouver quoi que ce soit. Tout déni d’authenticité est pris pour une preuve supplémentaire de leur véracité …

Du fait même de leur nature ambiguë, il est compliqué d’attribuer à Jean-Teddy Filippe la paternité des Documents. Comment vivez-vous cette dépossession ? Etait-ce difficile de créer des oeuvres dont, au final, vous ne seriez reconnu comme l’auteur que marginalement ?
Authentifier son film en disant qu’il est tiré d’une histoire vraie, a toujours une volonté de donner une légitimité dont aucun récit n’a finalement vraiment besoin. Les Documents Interdits sont inspirés des forces mystérieuses de la vie. Rien de ce qui est montré dans ces films n’est vraiment imaginaire. Tout est déjà arrivé ou arrivera peut-être, l’imagination étant toujours très en dessous du réel …. Tout le monde sait que je suis l’auteur et le réalisateur des Documents Interdits. Remettre en cause cette paternité, est aussi une façon de croire en tout ce que transportent ces films ….

Depuis les années 1990 – 2000 chacun peut, à sa guise, filmer et diffuser le réel, donnant à l’image un statut de plus en plus ambigu, familier et bizarre. Plusieursfilms de genre ont utilisé le système narratif des Documents. Dans le même temps, le mockumentary a connu une vogue certaine. Avez-vous vu l’un ou l’autre de ces films (Blair Witch, Diary of the Dead, Opération Lune…) ? Qu’en avez-vous pensé ? Voyez-vous des liens entre votre travail sur les Documentaires et certains d’entre eux ?
J’ai toujours dit que je ne me considérais pas comme dépositaire du genre … mais quand un réalisateur a une idée, il sait que tous les autres ont peu ou prou la même, plus ou moins au même moment. Il n’y a pas un réalisateur au monde qui n’a pas eu l’idée de tous les films qu’il a vus ou presque … J’ai essayé pendant plusieurs années, de monter un long-métrage, avec la grammaire des Documents Interdits. Il s’appelait et s’appelle toujours d’ailleurs,  » La femme perdue ». Je n’ai pas encore réussi à le monter. On m’a souvent parlé de la ressemblance évidente, voire plagiaire entre Blair Witch et les Documents Interdits. Il est vrai que la deuxième saison, avait bénéficié d’une petite coproduction américaine. Ils ont donc été vus et diffusés aux états-unis. En Australie, l’émission Eat Carpet, rendait hommage aux Documents Interdits, ces films ont fait tous les festivals, ont été vus dans le monde entier et jusqu’en 2000, étaient considérés comme le meilleur programme de courts-métrages des dix dernières années… etc… C’est vrai que je vois régulièrement des tentatives de reprise du concept, parfois vraiment pathétiques… De nos jours, on ne s’inspire pas d’un travail… s’il marche on le copie tout simplement, et sans le moindre état d’âme… Copier, pour un « créateur », c’est entreprendre une démarche logique d’autodestruction… c’est l’antichambre d’une très grave dépression… Il vaut mieux réaliser une « bouse » originale, que réussir un film copié… Et il en va de même pour toute forme d’expression d’ailleurs. Est-ce que les Documents Interdits ont inspiré les auteurs de Blair Witch ?

invention-morel-casares-couvLe 15 décembre, à 23h, Arte diffusera votre dernier long-métrage, intitulé Hors du temps (ex Le Chimpanzé de Schrödinger). Pouvez-vous nous dire deux mots de ce film ? Au vu du pitch, il me semble deviner une influence L’Invention de Morel sur l’intrigue : oui, non, peut-être ?
L’invention de Morel, est sans aucun doute possible, un des romans de A. Bioy Casares qui m’a le plus marqué. J’étais enfant quand j’ai découvert l’oeuvre dans une adaptation télévisuelle. J’ai tout de suite été totalement fasciné par ce récit. Bien des années plus tard, poursuivant l’idée de travailler sur ce texte, j’en ai tenté une nouvelle adaptation. J’ai rencontré A. Bioy Casares à Cagnes. Il était déjà très malade. Il a fait l’effort de me recevoir, et de me parler longuement de son livre. Il était très heureux qu’un français s’y intéresse. Casares était fasciné par la culture française. Il avait choisi le nom de Morel, parce que même prononcé en espagnol, ce nom gardait sa consonance française. Il lui semblait que les premières lignes de cette histoire lui étaient venues vers 1939. C’est incroyable qu’à cette époque il ait déjà pressenti le disque dur, la réalité virtuelle, les énergies renouvelables, l’image 3 D. Il sentait que le monde allait basculer dans les ténèbres, et il a imaginé, comme un antidote, un autre monde que l’on pourrait refaire à sa guise, mais dont on ne pourrait plus jamais ressortir. Il suffisait pour y entrer que l’on soit capté, enregistré, par une machine alimentée par l’énergie des marées. Un mouvement perpétuel, une vraie immortalité numérique. Hélas, la chaîne avec laquelle j’étais en discussion à ce moment-là, n’a pas compris l’urgence de la situation. Casares n’avait plus de temps. Un nouvel acquéreur a tout raflé, y compris les droits d’adaptation télévisuelle. Quelques mois plus tard, A.Bioy Casares est mort. Je ne sais pas si le film a été fait. Je suis incapable de me débarrasser de cette fiction. Elle me hante et me hantera à jamais. Alors parfois il est possible qu’elle ressorte, par petits bouts, d’une manière ou d’une autre.

Ce que l’on verra sur Arte, le 15 Décembre 2009, à 23 heures, est un film qui propose une légère une anticipation. A la suite d’une expérience, une boucle temporelle se forme dans un laboratoire confinée. Qu’est-ce que les gens vont faire de ce temps infini qui leur est donné ? J’en profite pour revenir sur ce que je vous disais : quand un réalisateur a une idée, il sait que tous les autres ont peu ou prou la même, plus ou moins au même moment … Le titre du script original de Vincent Maillard était « Le Chimpanzé de Schrödinger ». La chaîne ne l’a pas trouvé assez sexy et a « proposé » Hors du Temps parce que c’était une phrase de texte. En ce moment sort Hors du Temps, avec Eric Bana, l’histoire d’un homme qui se promène entre plusieurs époques… Hélène, ( Natacha Lindinger),  l’héroïne de mon film, passe d’une portion de temps à une autre….

Quels sont vos projets et travaux à venir ? Que pourra-t-on voir où ? Quand ?
En ce moment, je pousse une adaptation d’une graphic-novel policière, et un script original d’anticipation, qui fera appel aux petites caméras et au formidable développement de l’environnement numérique.



A propos de l'auteur

Léo
écrivain du XIXème, poète maudit du XVIIIème, Léo fut auteur de nouvelles et a publié le roman de sa vie : Rouge Gueule de Bois, ambiance apocalypse alcoolique. Il traîna ses guêtres dans les favellas, il participa à la Révolution d’Octobre et milite aujourd’hui pour l’abolition du droit d’auteur. Malheureusement, il finit sa carrière en tant que pigiste à Cinétrange. Dans l’horoscope de Tolkien, c’est le troll rieur. Il est là. Domicilié à Strasbourg, ou à Rio.




7 Comments


  1. damien

    Excellente interview. Je n’ai jamais revu les « documents » depuis leur diffusion télé initiale, mais à l’époque j’avais vraiment été bluffé !


  2. Morpho

    Jean-Teddy Filippe cite A. Bioy Casares comme inspiration pour son film Hors du temps. Mais est-ce que le film Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais (1968) ne fut pas aussi une inspiration. Car le thème est nettement comparable, avec cette répétition de situations lors d’une expérience de voyage dans le temps ? La coïncidence est troublante…


  3. Léo

    Il me semblait aussi, mais ça fait partie des pistes de l’interview (un peu tentaculaire) qu’il a choisi de ne pas suivre… Il me semblai aussi qu’il existait un lien assez fort entre le Cas Ferguson des Documents Interdits et le Navidson Record, film fictif de « La Maison des feuilles » de Danielewski. Preuve qu’en tout cas Jean-Teddy Filippe est à un carrefour d’influences plutôt riches.


  4. Jean Teddy Filippe

    Quelques précisions.
    Aucune influence du film  » Je t’aime, je t’aime », d’Alain Resnais que j’ai vu il y a fort longtemps, et qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.
    Le Cas Ferguson a été tourné bien avant la sortie de La Maison des Feuilles, ouvrage dont je n’ai appris l’existence qu’au Festival de Strasbourg.
    Bien cordialement.


  5. BELAD

    Bonjour,

    ok c’est des montages.
    Mais personne ne se pose la quesion de savoir comment on été fabriquées ces images?
    Pourquoi n’y a-t-il pas le nom des acteurs ayant tourné?
    Et les explications détaillées sur le tournage de chaque documentaire??
    Par ex: les images du « survol lunaire », comment les-a-t-il fabriquées?


  6. malorie

    Slt!!, moi je pense ke tu doit arrêter de jouer avec la conscience des gens ENCULÉ DE Jean TEDDY Philipe sale pedal va Nike ta mere


  7. jef

    va apprendre à écrire, toi !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>