Obscurité, lumière, obscurité

 

2 commentaires sur “Obscurité, lumière, obscurité”
  1. On m’a dit le plus grand bien de son Alice au pays des merveilles.
    Vrai que c’est plutôt épatant.

  2. Je confirme que son Alice est une vraie petite merveille. Le bestiaire y est fabuleux. 🙂

    Il en va de même pour Otesánek (ou Little Otik), adaptation en 2000 d’un conte populaire tchèque. C’est en quelque sorte une variation trash du mythe de Pinocchio.

    Pour les amoureux de films d’animation en stop motion, je recommande vivement de voir Krysař (Le joueur de flûte de Hamelin) réalisé par Jiří Barta. Sublime adaptation d’une célèbre légende médiévale allemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *