Dead Crossroads

IMG_0553

Ne craignant ni l’amiante, ni la peinture au plomb, Fabien Delage a créé la série Dead Crossroads, qui explore des lieux abandonnés dans toute la France. Dans chaque aventure, il est accompagné de son compère Julien Mazzitelli, spécialisé dans l’évolution en milieu hostile et sauvage. A mi-chemin entre un documentaire d’urbex et un épisode de Paranormal Activity, la série est captivante grâce à ses images. Les lieux visités (sanatorium, châteaux, souterrains, orphelinats, etc.) sont les véritables stars de l’émission. On se lasse difficilement de participer à l’exploration de tous ces endroits étranges, chargés d’émotion et d’histoire, aujourd’hui abandonnés à la vindicte des taggers. Les images sont superbes, le cadrage parfois alambiqué et inventif. Les lieux se suffisent à eux-mêmes et les deux aventuriers n’ont pas froid aux yeux, pénétrant sans hésiter dans des pièces parfois dangereuses et véritablement flippantes. Il faut bien admettre que Fabien et Julien ont eu du courage. De plus, ils se sont fixés comme objectif de passer un jour sur place, mais aussi une nuit. C’est alors que les ruines prennent une toute autre allure : effrayante. Une caméra à vision nocturne permet de saisir l’ambiance et de nous laisser voir parfois des visiteurs impromptus.

Mais la série n’est pas purement illustrative. La voix-off quelque peu monotone de Fabien Delage nous raconte l’histoire de chaque lieu, et surtout des horribles faits qui s’y sont déroulés. On insiste sur les meurtres sordides, on détaille les scènes de crime, avec son lot de patients torturés, de familles décimées et de suicides collectifs. Ce côté sensationnaliste n’était pas forcément nécessaire mais il fait partie du concept et malgré tout, les histoires sont intéressantes et pleines de détails bien glauques. Les lieux sont réputés hantés par les âmes des victimes souvent tués dans d’atroces souffrances. Bien que l’auteur ne croit pas aux fantômes, il est bien déterminé à surprendre quelque manifestation surnaturelle avec sa caméra. C’est peut-être là où le bât blesse, car l’on assiste effectivement à quelques scènes « paranormales » à base d’objets qui bougent. A croire que les fantômes n’ont toujours pas trouvé de nouveau moyen d’expression. Heureusement, ce côté fantôme de foire n’est pas souvent présent. On regrettera aussi quelques longueurs. Certains lieux et histoires sont divisés en deux épisodes et sont donc un peu artificiellement tirés en longueur. Quelque chose de plus synthétique aurait gagné en efficacité. Cependant, les temps morts sont rares et un réel effort a été fait sur le choix des images. En d’autres termes, on ne passe pas son temps à contempler des plaques de plâtre abîmées.

La série est disponible sous forme d’une édition 2 dvd chez Oh My Gore! On appréciera la diversité des lieux, chacun ayant une atmosphère propre (gothique, urbain, militaire, médical). Fabien Delage a l’oeil du photographe pour saisir les « charmes » de ces demeures où règne la déréliction.

Le site officiel : http://www.deadcrossroads.com

2 commentaires sur “Dead Crossroads”
  1. Bonjour.
    J’ai découvert Dead Crossroads grâce à votre article.
    J’aimerai savoir si la série existe toujours et,si oui,sera-t-elle disponible un jour sur YouTube.

    Cordialement….

    Signé : une ÉNORME fan d’urbex et de paranormal {^÷^}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *