PIFFF 2013 / La sélection


Il est plus qu’appréciable de constater que, malgré la crise qui frappe de plein fouet l’évènementiel culturel, l’adage ‘jamais deux sans trois’ se confirme toujours, et vient conjurer le sors.
La troisième édition du Paris International Fantastic Film Festival (fallait du PIFFF pour trouver cet acronyme tout de même) aura fort heureusement bien lieu cette année (toujours sans aucune aide de la Mairie de Paris, pour les parigots qui croiraient naïvement que leurs impôts locaux servent à financer la bonne cause du fantastique), avec une sélection plus ramassée que l’an dernier, mais tout aussi prometteuse.
Au programme, 8 films en compétition, dont les très attendu L’Etrange couleur des larmes de ton corps, du duo Cattet / Forzani, qui s’annonce plus giallesque encore que leur trip sensoriel Amer (ceux qui s’extasient sur la 3D immersive n’ont peut-être pas conscience qu’on est déjà passé à la 4D avec ce binôme); le toujours fascinant Kiyoshi Kurosawa, déjà inscrit au palmarès des réalisateurs de l’année, avec son troublant drame névrotique Shokuzai, et qui tiendra les rennes de la SF dans la sélection avec Real.
All Cheerleaders Dies, teenage molotov shooté par un dynamic-duo de l’horreur moderne Lucky Mc Kee (The Woman) et son camarade de classe Chris Siverston (derrière le très bon et méconnu The Lost), tout deux influencés par l’univers noir du romancier Jack Ketchum (dont on espère retrouver ici encore des germes).
Des premiers films également, et entre autres surprises : Animals de l’Espagnol Marçal Forès, The Battery (l’indie US barré qui pourrait attirer les profanes) ou l’intriguant Cheap Trills, thriller d’inspiration Coenienne (ça se dit ça ?) aux débordements, parait-il, très saignants.
Également au programme, des hors compétition de choix, avec le retour du semeur de trouble Alex De La Iglesia (et son film le plus ‘biscéral’ depuis le jour de la bête, critique à suivre); le vétéran Neil Jordan, qui plante à nouveau ses crocs dans la mythologie vampirique, presque 20 ans après Entretien avec un vampire, ou encore un docu plutôt prometteur sur le cultissime et regretté festival d’Avoriaz (comme si César rendait à César).
Le Pifff 2013, c’est aussi une sélection de courts, des séances cultes (Ré-Animator quand même) et une nuit marathon judicieusement dédiée au maître de l’épouvante littéraire Stephen King (dans le sillage de son récent passage évènement à Paris, pour la promo de Docteur Sleep, fameuse suite de Shining).
Une nuit blanche à tenter sous somnifères, non pas tant pour voir le remake de Carrie en avant-première (qui affiche pourtant d’assez bons retours presse) que pour redécouvrir en salle Christine ou Simetierre, peut-être deux des meilleures adaptations du maître.
Coup d’envoi dans deux jours donc, mardi 19 novembre (et jusqu’au 24 inclus), soit halloween après l’heure, au Gaumont Opéra Capucines (Paris 9ème).
Vous y serez ? Nous aussi …
Plus d’infos sur : http://www.pifff.fr/

PIFFF2013

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *