Feffs 2015 : tome 2


Dimanche après la messe (ne riez pas mécréants, l’eau bénite est sensiblement meilleur marché que l’ail et bien plus efficace pour se protéger des vampires), je suis allé voir Burying the Ex de Joe Dante à la séance spéciale de 16h.

Le père de Gremlins, qui venait d’achever sa master-class (couverte par Kévin), a introduit le film en prononçant en substance ces mots simples : « n’espérez pas du grand Joe Dante, il s’agit ici d’un film de divertissement qui a été réalisé pour un public comme vous ». Je ne sais pas ce qu’il entendait par « un public comme vous » (à moins qu’il n’ait pensé très fort à ce moment-là « pour une bande de gros nazes »), vu que nous étions pêle-mêle dans la foule, des mecs qui avaient participé la veille à la zombie walk dans les rues de Strasbourg portant encore quelques traces de maquillage, des cultureux qui se la racontent en veste de velours, pas mal de métaleux gothiques à l’hygiène inégale, beaucoup d’informaticiens, un prof d’histoire et votre serviteur, mais soit.

burying the ex

 

Alors, pour faire court, Max, jeune mec sympa et servile, vit avec sa petite amie, Evelyn, qui elle, sait ce qu’elle veut et n’est pas vraiment du genre à faire des concessions. Pour elle, Max est obligé d’adopter un régime végétalien, de supporter une déco 100% altermondialiste, de rouler en trottinette, de marcher sur un tapis hypoallergénique et de jongler entre pas moins de 6 poubelles de tri sélectif.

Comme, en dépit de la bonne composition de Max, Evelyn commence doucement mais sûrement à lui broyer les roustons et qu’Olivia, une jolie brune à forte poitrine commence à lui tourner autour, Max prend la résolution de se séparer de son envahissante moitié. Coup de théâtre (enfin, à moitié, on a lu le titre, on n’est pas débiles, on se doutait un peu que ça allait  arriver à un moment ou un autre du scénar), Evelyn se fait ré-ta-mer par un camion peu avant l’annonce et décède.

Alors que quelques mois plus tard, Max et à peine remis de ce traumatisme, Evelyn se présente soudain à sa porte sous forme de zombie en décomposition et reprend sa place autoritaire dans leur vie de couple comme si de rien n’était, contrariant sa relation qui en est encore à ses prémices avec Olivia.

Jo Gonzo Scale : ** Je ne vais pas vous mentir, c’est pas Barry Lyndon. Je m’attendais à un truc un peu bâclé, mais Burying the ex  remplit cependant bien le cahier des charges qui est de se détendre devant un film marrant sans arrière-pensée. Si vous voulez le voir à l’occasion d’une soirée « bière et pizza » entre potes, il devrait tout à fait être à la hauteur. Je trouve l’idée de l’ex un collante zombifiée brillante, et j’aime aussi pas mal la critique de l’autoritarisme écologique (vous savez, ces gens qui se sentent autorisés à vous critiquer à tout bout de champ parce que vous utilisez trop d’eau pour effacer les empreintes digitales sur cette batte de baseball ou que vous auriez tout de même pu descendre à pied ces douze étages, ce à quoi vous leurs rétorquez que grâce à vous la victime, elle, si elle n’a certes pas emprunté l’escalier, n’a pas pour autant émis un seul gramme de CO2 à l’occasion de sa descente).

Le reste est dans les notations catégorielles.

Jo Gonzo shitless scarring ability * De ce point de vue, Burying the ex est presque un film pour enfants, il faut bien le dire.

Jo Gonzo blood and violence *** Là, par contre, on s’éloigne pas mal de Gremlins. Evelyn se décompose sous nos yeux de manière absolument dégueulasse, (vous aurez du mal à finir vos pizzas), ses dents se déchaussent, ses cheveux tombent en entraînant des parties de son crâne, alors que la seconde partie du film fait carrément la part belle au sang et au viscères. Bon, ça reste tout de même grand public, hein…

Jo Gonzo même pas cap factor : **** Une excellente note est obtenue ici pour l’idée de base que je trouve excellente, et pour une jolie surenchère comme on aime dans les scènes un peu dégueulasses.

Jo Gonzo Cars : * beurck, une Prius !

Jo Gonzo erotic factor : ** sur le second degré, on a droit à des scenes de nécrophilie absolument dégeulasses, tandis qu’au premier, Alexandra Daddario qui joue Olivia est assez craquante. Ici encore, c’est grand public, c’est pas non plus l’Empire des sens.

 

J’ai ensuite assisté à Cop Car.

Cop car

Deux garçons d’une dizaine d’année fuguent à travers la prairie dans l’est du Colorado pour une raison inconnue. Au milieu de nulle part, ils découvrent une voiture de police arborant en grand « Sheriff » sur les portières. Personne à l’horizon.

Les enfants commencent à tourner autour de la voiture, puis, non sans l’hésitation des garnements juste avant de faire une très très grosse bêtise, finissent par s’y installer pour jouer à la course poursuite, avant de trouver les clefs du véhicule. Et là, c’est le drame. Les voilà partis à travers la prairie, sirène en marche, rotant dans la radio, sans plus d’arrière-pensée.

Flash-back : Kevin Bacon fringué en Sheriff arrive sur les lieux dans sa voiture et en extrait un macchabé, qu’il traine sur quelques dizaines de mètres pour s’en débarrasser. Lorsqu’il retourne pour récupérer sa voiture, cette dernière a disparu !

Voilà notre sheriff véreux à la recherche de sa bagnole pour tenter d’éviter de très grosses emmerdes, tandis que les morveux s’amusent comme des petits fous avec leur nouveau jouet qu’ils mènent maintenant à vive allure sur la grand-route, inspectant son contenu (fusil à pompe, fusil automatique, revolver, etc.), avant qu’ils n’aient l’idée de jeter un œil dans le coffre…

Jo Gonzo scale : **** C’est intelligent, propre, bien filmé, et John Watts prend son temps pour nous faire voir l’adrénaline et le délicieux frisson d’angoisse qui parcourt les deux enfants avant de se lancer dans ce qu’ils savent être une énorme connerie. Kevin Bacon, on le sait, est une valeur sûre en tant que méchant, à fortiori ici en sheriff rural avec le pack complet, coupe à la brosse craignos, Ray-ban Aviator, marcel dépassant de sous sa chemise et moustaches à la Ned Flanders. Les enfants en récoltent largement pour leur argent en termes d’emmerdes, on adore. On se concentre sur l’essentiel, sans perdre de temps à essayer de nous expliquer le motif de la fugue des enfants, ni le petit business du représentant de la loi. J’apprécie cette sobriété.

Jo Gonzo shitless scarring ability : **** Watts nous tient en haleine à la fois sur le sort des enfants et sur celui du sheriff, qui doit rendre des comptes sur ses activités à sa hiérarchie. Les enfants filmés en train de manipuler maladroitement des armes automatiques chargées pour voir comment ça marche, ça vous donne toujours un joli frisson, quant aux courses-poursuites au crépuscule à 100 miles à l’heure avec au volant un morbac qui voit à peine à travers le pare-brise, qui a appris à conduire il y a une heure et qui n’a pas trouvé la commande des phares, ça laisse ouvert un certain nombre de dénouements possibles !

Jo Gonzo blood and violence : *** maltraiter des enfants, cela rapporte toujours plus de points, forcément.

Jo Gonzo cars : ***** un sans faute. Alors que la police américaine s’est dotée massivement ces dernières années de Dodge Charger, voire d’horribles 4×4 Chevrolet Tahoe, Cop car reste old school avec en position centrale du film une classique Crown Vic’ en version Police Interceptor (modèle modifié pour aller plus vite et mieux résister aux chocs),  LA voiture qui a accompagné les polars et séries policières du début des années 90 à nos jours (Mulder et Scully en conduisaient déjà, c’est dire), avec sa malle arrière immense (on peut y faire tenir jusqu’à 3 corps sans forcer), son bio-design totalement ringard et sa tenue de route de savonnette sur glace qui nous garantit toujours des cascades assez spectaculaires. Moi aussi si j’en rencontre une abandonnée avec les clefs dessus, je la pique !

Enfin, j’ai regardé Der Bunker de Nikias Chryssos

Un étudiant à la recherche d’un endroit tranquille pour mener à bien des travaux de recherche, répond à une annonce pour une chambre chez l’habitant dans un coin reculé lui promettant calme et concentration. L’habitation, qui s’avère être un bunker aménagé dans le style austère qu’aurait choisi un catholique intégriste sous Giscard, est peuplé d’une étrange famille composée d’un quadragénaire moustachu à l’élégance désuète, d’une mère de famille à la beauté froide et dérangeante et de Klaus, un enfant de 8 ans au physique dérangeant (joué par un adulte) affublé de la coupe d’Angela Merkel et persuadé par ses parents qu’il sera un jour président des Etats-Unis.

L’étudiant impécunieux et à l’appétit solide se verra rapidement contraint de servir de précepteur au petit Klaus faute de pouvoir acquitter son loyer, et entrera malgré lui dans le circuit fermé de cette famille particulière qui vit en totale autarcie, avant de découvrir que la mère de famille héberge sous un bandage un alien dans son mollet droit. Si si.

Der Bunker

Jo Gonzo scale : ***** A ce stade du festival, cet ovni complètement déjanté et magnifiquement exécuté est de très loin ce que j’ai vu de meilleur. Chryssos nous emmène dans son monde absurde, sorte d’adaptation travestie du monde réel sans portes ni fenêtres construit à base d’objets et de vêtements choisis parmi ce qui se faisait de pire dans les années 70, pour former une ambiance oppressante et désuète à travers le personnage de l’étudiant propulsé malgré lui dans cette logique malsaine et dérangée en tentant d’en extraire le petit Klaus qui n’a jamais connu d’autre univers. L’ensemble dégage une très grande impression de maîtrise et de savoir-faire. Le jeu d’acteur est extraordinaire de justesse. J’avais découvert Pitt Bukowksy l’an dernier dans Der Samouraï de Till Kleinert et en avais déjà fait l’éloge (et celui de sa grosse quéquette). Je tire également mon chapeau à David Scheller qui joue le père, sorte de variante sadique de Gomez Adams, à Oona von Maydell qui dégage un charme distant érotico-freudien délicieusement malsain, et Daniel Fripan, qui s’il ne possède vraiment pas le physique d’un enfant de 8 ans, en joue les gestes et les attitudes à la perfection.

Jo Gonzo shitless scarring ability : **** L’ambiance dans le bunker est tellement barrée et tordue que vous n’êtes jamais sûrs de ce qui va vous arriver. Vous êtes prévenus.

Jo Gonzo Blood and violence : *** on a quelques scènes de torture et du sang qui coule, toujours à bon escient. C’est maîtrisé on vous dit…

Jo Gonzo même pas cap factor : ***** S’il y a quelque-chose qui manque à Chryssos, ça n’est certainement pas l’audace. Outre son univers, sorte d’interprétation gore de celui des Deschiens, il délivre avec une parcimonie scientifiquement calculée les petits clins d’œil au public.

Jo Gonzo erotic factor : ***** Dans cette ambiance lourde, en dépit de son accoutrement de vieille fermière polonaise du début du XXes, le personnage de MILF œdipienne joué par l’envoutante Oona von Maydell au regard bleu et limpide comme un lac de montagne, qui tantôt donne le sein à son enfant de 8 ans qui en paraît 30, tantôt apporte un peu de tendresse maternelle à notre étudiant, vous travaille au corps et vous obsède. Captivant, bien qu’évidemment peu avouable.

A signaler qu’aux deux-tiers du film, alors que Klaus réinterprète un « happy birthday Mr. President » qu’il s’auto-destine singeant les attitudes de Marilyn Monroe, l’alarme à incendie s’est soudainement déclenchée dans le cinoche et tout le monde a quitté la salle, moment-test délicat pour un réalisateur s’il en est, (présent dans la salle), quant au taux de retour des spectateurs.

Finalement, après quelques minutes d’interruption, (un malaise dans une autre salle), il a pu respirer puisque la salle, de nouveau à son comble, a entonné en chœur avec l’acteur « happy birthday to me » dont on nous repassait la séquence.

A l’issue du film, Chryssos s’est prêté au jeu du questions-réponses. Interrogé sur le casting, le réalisateur trentenaire, souriant, sympathique, propre sur lui et sérieux, a indiqué avoir fait le pari d’utiliser les acteurs à contre-emploi, notamment Daniel Fripan plus habitué à jouer des méchants butors qu’un pré-adolescent, ou Bukowsky qu’on emploie plus volontiers sur des rôles d’extraverti charismatique qu’en étudiant réservé. Il faut croire que ça lui réussit !

L’idée du Bunker lui est venue enfant, puisque ses grands-parents suisses disposaient à l’époque d’un bunker dans leur sous-sol en cas de dérapage de la guerre froide, et que si l’endroit, qui servait surtout à stocker des skis et du matériel de sport, n’était pas très effrayant, il avait pourtant fait travailler son imagination.

Juste pour rigoler, j’introduis ici une nouvelle rubrique : la question j’me la pète ™.  j’me la pète ™ est une question qui n’a pas pour objectif d’obtenir une information ou de susciter l’énoncé d’une anecdote intéressante sur son œuvre de la part du réalisateur, mais de flatter l’égo de celui qui la pose en interrogeant sur un petit point de détail sans intérêt destiné à montrer à toute l’assistance que lui, on ne lui fait pas, il a compris le film, c’est un cake, il s’y connaît. Il y en a toujours une par interview, ça ne rate jamais, ça fait partie du festival.

Ici donc, la j’me la pète ™  a pris en substance la forme suivante : « Euh, Nikias euh, Chryssos, bravo, et merci pour euh, ce film remarquable. Dans vos plans en extérieur, j’ai cru déceler une stabilisation numérique… J’aime beaucoup l’ambiance euh, floue que ça euh, dégage. » WTF ???? Pour rappel, le film s’appelle Der Bunker, pas Il était une fois dans l’Ouest, c’est l’histoire de personnages qui vivent en circuit fermé reclus dans un espace intérieur sans fenêtre, et le mec l’interroge sur les DEUX plans en extérieur (un au début, un à la fin) qui durent chacun une dizaine de secondes !

Réponse (gênée un temps, puis vaguement revancharde) du cinéaste : effectivement, t’as mis dans le mille Emile, ces scènes ont été tournées caméra à l’épaule parce qu’on n’avait pas installé de rail de traveling, et retouchées ensuite sur ordi pour faire plus propre. (Rictus faraud de l’intéressé). Mais (et tiens, prends ça dans ta gueule), maintenant que tu soulèves le point, si c’était à refaire je pense que j’aurais fait ça autrement, justement pour éviter ce flou dont tu parles. (Un court silence gêné parcourt l’assistance).

A voir, vous ne le regretterez pas. (Ou alors si et vous maudirez une fois encore mes goûts de chiottes).

 

 


A propos de Jo Gonzo

Jo Gonzo est à la critique cinématographique ce que Daniel Craig est à la saga James Bond : on se demande qui a fait le casting, mais il est là. Doté de références approximatives (il a vu plusieurs fois tous les Russ Meyer et même un Romero un coup, quelque-chose of the dead), c’est en revanche un professionnel de la survie qui passe la majeure partie de ses nuits à éclater en songe, essentiellement à la pioche et à la tronçonneuse, les hordes de morts-vivants qui assiègent sa chambre à coucher. Génétiquement modifié suite à son enlèvement par des extraterrestres nazis un soir en sortant du Nelson, relâché au petit matin dans un caniveau avec de l’urine dans son 501 et du vomi sur son T-shirt Guns’n Roses, les notions de bonne foi et de sens de la mesure ont été éliminées de son tempérament. Il aime pêle-mêle, les zombies, les bagnoles, les films, surtout ceux de zombies et de bagnoles, le catch, le Kraut-rock, sa tronçonneuse et les Ray-ban Wayfarer. Il habite Strasbourg, aussi vaut-il mieux éviter de se balader l’air hagard en trainant des pieds dans son quartier la nuit si l’on craint les appareils d’élagage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *