Crimson Peak, de Guillermo Del Toro

Fin XIXème en pleine période victorienne, Edith Cushing (bonjour la référence à l’écrivaine Edith Wharton et Peter Cushing, icône de la Hammer), jeune romancière hantée par les fantômes depuis le décès de sa mère, vit à New York avec son père, un riche industriel. Elle s’éprend du mystérieux et ténébreux Sir Thomas Sharpe qui arrive d’Angleterre avec sa sœur Lucille. Il est à la recherche de financements pour son invention, une machine sophistiquée qui extrait l’argile du sol. Le père d’Emily, sceptique et surtout inquiet de voir sa fille tomber sous le charme de Sharpe, refuse de l’aider et lui demande même, suite à une révélation, de repartir dans son pays natal. Mais Cushing meurt dans d’étranges circonstances. Emily finit par épouser Sharpe et s’exiler au fin fond de la campagne anglaise dans un gigantesque manoir gothique aussi accueillant qu’une virée nocturne dans un cimetière transylvanien un soir de brume.

crimson peak

Quel plaisir de voir Guillermo Del Toro derrière un tel projet après les « blockbusters » Hellboy 2 et Pacific rim, ses précédents films qui ne m’avaient guère convaincu. Le mexicain revient à ses premiers amours dans une production certes confortable mais qui retrouve l’esprit vénéneux et enchanteur de L’échine du diable et du Labyrinthe de Pan.

Il rend un vibrant hommage au cinéma gothique qui hanta nombre de cinéphiles, des classiques américains comme Rebecca d’Hitchcock ou Le château du Dragon de Mankiewicz au bis italien, les films de Mario Bava (Le masque du démon, Opération peur) et Riccardo Freda (L’effroyable secret du Docteur Hichcock) en tête, en passant par la Hammer. Bref, il convie tout un lourd passé cinéphilique pour conter une histoire classique mais prenante, prévisible mais respectueuse de par sa structure de tous les films cités ci-dessus, mêlant adroitement climat fantastique et récit plus trivial autour d’une machination.

Del Toro connaît la musique sur le bout des doigts et ce qui aurait pu se transformer par des mains plus lourdes en une grosse machinerie indigeste, demeure un spectacle éblouissant et envoûtant. Crimson Peak peut susciter une légère déception à la première vision car il ne s’écarte jamais d’un classicisme majestueux, raccord avec la littérature romantique et gothique de la fin du XIXème et surtout parce qu’il se refuse à tout twist débile ou retournement de situation. Mais esthétiquement, le résultat est somptueux. Si Del Toro ne révolutionne pas le film de maison hantée, il crée une série d’images hypnotiques qui prend forme au centre d’un décor « monstre » à la beauté foudroyante. La mise en scène est aussi d’une folle élégance. L’enchaînement des plans et la mobilité de la caméra donnent un rythme finalement enlevé à un film qui pourrait se vautrer dans une lenteur apathique. Contrairement à ce que j’ai entendu,  Crimson peak est très dynamique et le traitement visuel, excessif et coloré, rappelle beaucoup le travail de Martin Scorsese sur Le temps de l’innocence, adapté de Edith Wharton, justement.

A la sobriété glaçante de  Les autres d’Ameñabar, Del Toro joue la carte de la démesure visuelle, en rajoute dans le déluge de couleurs (le rouge de l’argile notamment qui se mêle au blanc immaculé de la neige), la folie des décors, la fascination pour les insectes. Le manoir a même des allures de gigantesque parc d’attraction, ce qui peut agacer les puristes. Car lorsque Mario Bava surenchissait  dans l’artifice c’était avant tout pour masquer l’absence de moyens. Del Toro n’a pas besoin de ça et son film flirte parfois avec le trop plein, la boursouflure. Si le film se frotte à un grotesque parfaitement assumé, le résultat est brillant et généreux, à l’image de cette dernière demi-heure qui verse dans un grand guignol sanglant réjouissant et plutôt surprenant pour une production de ce type. Vue la perversité de certains thèmes abordés, on aurait aimé, mais là il ne faut pas rêver, qu’il en soit de même au niveau sexualité, tant le récit en est potentiellement chargé.

Dans un retournement du genre, en fin de compte plus conventionnel qu’inattendu, les véritables monstres de Crimson Peak ne sont pas les fantômes mais les vivants cachant des secrets monstrueux. Les effets spéciaux sont très beaux, les silhouettes rouges et noires des spectres composent de fascinantes images picturales mais en revanche ne servent pas à grand-chose. Del Toro aurait pu raconter la même histoire sans fantôme. L’élément purement fantastique parait plaqué sur un script au demeurant bien écrit. L’ambiance surnaturelle et anxiogène du manoir suffisait à nous immerger dans une œuvre passionnante et sincère, dépassant allègrement dans un genre similaire le Sleepy Hollow de Tim Burton. Et Jessica Chastain, qui domine largement le reste du casting, n’a rien à envier à Barbara Steele ou Martine Beswick, égérie du cinéma gothique.

(USA-2015) de Guillermo Del Toro avec  Mia Wasikowska , Tom Hiddleston, Jessica Chastain

0 commentaires sur “Crimson Peak, de Guillermo Del Toro”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *