Le garçon et la bête, de Mamoru Hosoda

Avec le silence de Katsuhiro Otomo, le créateur d’Akira, la disparition brutale de Satoshi Kon et la retraite anticipée de Miyasaki, le cinéma d’animation japonais est devenu subitement orphelin. Excepté le magnifique Le conte de la princesse Kayuga du vétéran Takahata (80 ans au compteur), les dernières productions Ghibli se sont révélées par ailleurs assez décevantes, sous la trop forte influence polie de l’auteur de Naausica.

Mamoru Hosoda pourrait devenir l’un des maîtres du manga animé moderne. Il revient de loin pourtant car si l’on consulte ses débuts, on le retrouve en tant que co-réalisateur de Digimon le film, pas vraiment une référence du genre. Mais, surprise, après s’être fait la main sur la délirante série Samouraï Shampoo, Hosoda a surpris son monde avec La traversée du temps, excellent film explorant l’univers des voyages spatio-temporels. Il ira encore plus loin avec Summer wars, variation déglinguée du Magicien d’Oz. Assagi, après le succès de Les enfants loups, il poursuit l’exploitation de l’univers animalier avec Le garçon et la bête, plus original et subtil que son synopsis ne laisse entrevoir.

Renn est un jeune garçon solitaire qui va se retrouver orphelin dans le Tokyo contemporain. L’ouverture est saisissante et rappelle la force des œuvres de Satoshi Kon par ce parti pris de tirer vers le haut le genre par une économie de moyen. En effet, dans un plan large, montrant une foule s’agiter, l’œil expert remarquera que les individus n’ont pas de visage. Sur le coup, on se dit que cet appauvrissement esthétique est lié  à l’absence de moyen. La scène suivante montre cette fois-ci les tuteurs du jeune homme dans un plan normal également dénués de faciès. Les cinq premières minutes décrivent clairement le monde des humains comme aseptisé et déshumanisé. Renn n’a qu’une envie : fuir cette civilisation pour retrouver le goût de la vie.

le-garçon-et-la-bête

Son rêve sera bien sûr exaucé le jour où, dans une ruelle sombre, il va faire la connaissance d’une bête encapuchonnée, Kumatsu, qui va l’entraîner dans un  monde parallèle, celui des Bêtes appelé Jutengai. Renn devient le disciple de Kumatsu, qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre antinomique est le début d’un apprentissage de la vie moins consensuel que prévu. Le récit initiatique ne se déroule pas à sens unique dans une logique hiérarchisante entre le maître et l’élève. L’excellente idée du scénario est de présenter ce maître comme un incapable, un être, pardon un bête, immature, colérique, fainéant, bordélique et j’en passe. Le jeune homme et la bête vont se construire mutuellement jusqu’à devenir inséparable dans tous les sens du terme mais je n’en dirai pas plus afin de ne pas gâcher la fête.

La première partie, l’entraînement aux arts martiaux de Kyuta par Kumatsu, mauvais pédagogue en apparence, est drôle, inventive, enlevée et émouvante sans jamais forcer le trait. Certains reprocheront sans doute un petit côté anthropomorphique à la Disney mais en réalité on se trouve davantage immergé dans un monde « animiste» et panthéiste. La fluidité de l’animation et la beauté des décors tout en couleurs pastels, évoquant les peintres impressionnistes, donnent un relief particulier à ce film original s’adressant à tous les publics sans une once de démagogie.

La deuxième partie révèle un contenu philosophique plus convenu, dans une veine directe de tout un pan de l’animation japonaise : La lutte acharnée du bien et du mal qui bouillonne en chacun de nous. Le côté obscur peut se matérialiser sous différentes formes. Le mal va même prendre l’apparence d’une baleine flasque tirée du Moby Dick d’Herman Melville. L’imagination débordante du cinéaste ne fléchit pas mais le discours semble plus manichéen que lors d’une première heure touchante et subtile. Cette réserve mise à part, Le garçon et la bête est un magnifique film d’animation brassant des thèmes éculés comme la quête initiatique, la transmission, le sacrifice sans jamais être moraliste ou sentencieux.

Le dernier quart d’heure atteint même des pics d’émotions inattendus. Certains peuvent même y verser leur petite larme. Une révélation et la meilleure nouvelle de ce début d’année.

le-garçon-et-la-bête2

0 commentaires sur “Le garçon et la bête, de Mamoru Hosoda”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *