Le Triangle du Diable, de Sutton Rolley


La sortie DVD du Triangle du Diable, n’aurait sans doute jamais existé si un événement un peu incongru n’avait érigé avec le temps ce téléfilm fantastique anodin mais efficace au rang de film culte ayant traumatisé tout une génération de quarantenaires. Mais pour quelle raison ?

Un fameux dimanche de 1979 en fin de journée si ma mémoire ne me joue pas des tours (mais apparemment les infos sont contradictoires), TF1 diffuse cette modeste production sous le titre Le triangle des Bermudes à une époque où les bandes horrifiques étaient rares les fins de week-end, moment plus propices pour se réunir en famille devant La Grande Évasion ou un De Funès. A 8 ans, n’ayant jamais vu de films d’horreur, je garde un souvenir précis du téléfilm miraculé de Sutton Roley, obscur artisan n’ayant officié que pour le petit écran. Précis non dans son ensemble mais par rapport à deux ou trois séquences assez traumatisantes à l’époque, dont un twist final ayant définitivement imprimé la rétine de nombre de futurs cinéphages amateurs de cinéma de genre.

Quel intérêt, outre la nostalgie et la curiosité, de revoir 38 ans après cet obscur objet du désir (ou du délit) ? Certains trésors cachés doivent parfois le rester. On serait tenté de répondre par l’affirmative si on attend de ce Triangle du Diable une expérience cinématographique hors du commun et de revivre les mêmes émois qu’auparavant, que dis-je, les mêmes effrois. Verdict : le film n’est pas un affreux navet n’ayant pas supporté le poids des années, ni un classique instantané du genre. C’est une petite série fort honorable qui n’a pas si mal vieilli que ça. A condition de ne pas être très exigeant.

Premier bon point : le scénario. Plutôt solide, il s’appuie sur un point de départ très intrigant qui permet de mieux saisir la fascination que l’on a pu éprouver devant ce téléfilm : Un hélicoptère de sauvetage en mer repère un voilier et livre sa version des faits. Un étrange prêtre serait lié à l’affaire.

Téléaste prolifique de Mannix à Mission impossible, Sutton Roley n’aura signé durant sa carrière que deux long-métrages pour le cinéma. En 1968, il signe une adaptation des  Agents Très Spéciaux (How to steal the world) et en 1972, The Loner, film de biker avec Dean Stockwell. En habile faiseur, il s’empare efficacement de la besogne en portant à l’écran le script de William Read Woodfield, scénariste pour la petite lucarne. Il parvient à instaurer dès les premières minutes une atmosphère inquiétante qui valorise cette histoire assez fascinante de disparition autour du triangle des Bermudes (mais le film n’a rien à voir avec la fameuse légende). Le film est ponctué de rebondissements bienvenus, maintenant l’intérêt de la première image à la dernière. Ce téléfilm tourne également le dos aux conventions usuelles du genre en boudant le happy-end de rigueur. La fin, encore terrifiante aujourd’hui, est sans doute la raison principale du succès du film auprès des jeunes téléspectateurs de l’époque.

Le Triangle du Diable n’est pas sans qualités plastiques  et narratives. Les lieux photogéniques sont très bien mis en valeurs, notamment l’aspect anxiogène du bateau hanté. Le format 1.33 parvient à restituer le climat oppressant de cette histoire surnaturelle qui possède une belle idée, pas novatrice mais mise en image avec savoir faire. La pureté et la beauté apparentes sont des refuges imparables pour abriter le démon. Une idée largement reproduite dans l’histoire du cinéma fantastique mais qui fonctionne bien dans ce produit fort comestible.

On peut juste regretter une interprétation médiocre malgré la présence de Kim Novak, bien piètre actrice quand elle n’est pas dirigée par Hitchcock, et le falot Doug McClure, échappé des sympathiques films de Kevin Connor (Centre terre : septième continent, Le continent oublié).

Si vous n’avez pas peur d’être déçu, vous prendrez un plaisir vintage avec ce téléfilm sincère qui possède une petite ambiance poisseuse grâce à son manque de moyens.

Edité en DVD chez Showshank films


A propos de Manu

Docteur ès cinéma bis, Manu est un cinévore. Il a tout vu. Sorte d'Alain Petit mais en plus jeune, son savoir encyclopédique parle aux connaisseurs de films méconnus. Il habite près de Montpellier où il peut observer la faune locale : le collectif School’s out, l’éditeur le chat qui fume et l’éditeur Artus Films. Avec son air d’Udo Kier, il n’est pas exclu qu’on le retrouve dans une production de genre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *