Rock : même si son nom évoque la boxe ou le catch,  il y a une grande sensibilité chez Rock. Enfant spirituel d’Harmony Korine, il se plait à explorer les mêmes errances que le réalisateur américain. Même si ses goûts sont larges, il s’intéresse au cinéma mal branlé, et éprouve une compassion pour les réalisateurs fauchés. Ceux qui n’ont pas le budget mais qui font leur métier en y mettant tout leur coeur. Grand mélomane (Ernest Ping, Nipple boy), il s’essaie à la réalisation de clips et de courts-métrages. Domicilé à Strasbourg. Consultez son blog : http://rockbrenn.wordpress.com

Léo : écrivain du XIXème, poète maudit du XVIIIème, Léo fut auteur de nouvelles et a publié le roman de sa vie : Rouge Gueule de Bois, ambiance apocalypse alcoolique. Il traîna ses guêtres dans les favellas, il participa à la Révolution d’Octobre et milite aujourd’hui pour l’abolition du droit d’auteur. Malheureusement, il finit sa carrière en tant que pigiste à Cinétrange. Dans l’horoscope de Tolkien, c’est le troll rieur. Il est là. Domicilié à Strasbourg, ou à Rio.

Jacques : il n’est plus de ce monde mais il reste avec nous. Il n’aimait pas le cinéma, ou du moins les films de notre époque, tous médiocres à son goût. Bon copain de Léo, ils écrivaient à quatre mains et sont soupçonnés d’avoir essayé le double dutch rudder. Son décès nous rappelle qu’il est urgent de pratiquer l’épicurisme en attendant d’aller le rejoindre.

Jérôme : toute-puissance mégalomaniaque, oeil de Sauron, assoiffé de pouvoir et d’argent, Jérôme est le father de big brother, unique et multiple à la fois, indivisible et multitude, doué d’ubiquité. Il contrôle Cinétrange, en manipulant l’âme des rédacteurs comme des marionnettes de chiffons. Passionné de guerre, il collectionne les fusils mitrailleurs. Le famas français occupe une place d’exception dans son coeur. C’est aussi un père aimant et un scientifique spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Pour faire tout cela, il a huit doppel gangers, dont deux maléfiques. Il habite au centre du monde, c’est-à-dire près de Colmar.

Didier : jeune retraité, Didier a bien bossé lorsqu’il était parisien. Maintenant qu’il fait partie de la banlieue strasbourgeoise, il paraît qu’il a un vrai métier. Il milite aussi pour la décroissance, ceux qui veulent travailler moins pour gagner moins et consommer moins. Outre les soirées de l’ambassadeur et les projections de presse, il a pu interviewé la crème de la crème des réalisateurs untergrund : Guy Maddin, domicilié à Winnipeg. Winnipeg, Winnipeg. Didier est alsacien d’origine, le gars typique qui aligne les bières et les flammkuche à la fête du samedi soir au village.

Rico : mâle dominant de la meute, Rico a une âme de musicien. Il écrit des complaintes évoquant misère sociale et déchirements sentimentaux. C’est dans un sanatorium désaffecté de bord de mer, transformé en maison close, qu’il compose ses chansons. Il connaît la carrière de Brigitte Lahaie sur le bout du doigt. Il aime les jeux mais n’aime pas perdre. S’il perd, son torse commence à enfler, son teint devient vert, et sa chemise à carreaux se déchire de toute part.

Manu : Docteur ès cinéma bis, Manu est un cinévore. Il a tout vu. Sorte de Jean-Pierre Dionnet mais en plus jeune, son savoir encyclopédique parle aux connaisseurs de films méconnus. Il habite près de Montpellier où il peut observer la faune locale : le collectif School’s out, l’éditeur le chat qui fume et l’éditeur Artus Films. Avec son air d’Udo Kier, il n’est pas exclu qu’on le retrouve dans une production de genre.

Damien : vivant à Grrrr noble, il est le seul vrai journaliste de la bande. Au courant de tout avant tout le monde, notamment en ce qui concerne les modes musicales électro-low tech d’Afrique subsaharienne, nous lui sommes éternellement redevables de nous avoir fait découvrir Die Antwoord. Damien est aussi l’inventeur du lolcat.

Udéka : fantôme disparaissant et réapparaissant au gré des vents caressant les Vosges, Udéka aime bien parler. Il peut disserter des heures sur le slasher scandinave. Il fut rédacteur en chef d’un hors-série dédié au cinéma de genre des années 80. Le numéro n’est pas disponible à ce jour, mais ça ne saurait tarder.

Nunzio : avec son chapeau, son petit cigarillo (on me dit dans l’oreillette qu’il a arrêté le poison) et sa voix calme et grave, Nunzio ressemble à un héros de Sergio Leone. S’il a des talents pour la mise en page, la création de logos et de visuels, il s’intéresse aussi beaucoup au cinéma de genre et a ses petites préférences. Les films de monstres en font partie. Pour en savoir plus, visitez sa caverne : http://ze.noon.free.fr/wordpress/

Olivier : dernière recrue de Cinétrange, Olivier est ultra-motivé. Ca fait plaisir. Il se rend aux réception de l’ambassadeur à Paris, où il s’empiffre de petits fours et des Ferrero. Accessoirement, il voit des films en avant-première et rencontre des personnalités. C’est aussi un habitué du festival du film fantastique de Gérardmer qu’il a couvert en 2013 avec son stylo et sa caméra. Il aime la raclette.

Alan Deprez : c’est une sorte de Christophe Lemaire plus jeune et plus seksy. Doté d’une solide porn-culture, il s’intéresse néanmoins à tous les genres.