Catégorie:

Billets d’humeur

La playlist 2020 de Damien

1/ Déjà comme chaque année, j’ai beaucoup écouté King Doudou, avant tout son impeccable Ying Yang Street Mix que j’ai vraiment saigné : Mais aussi son duo d’eurodance consciente avec Magda : Sans compter ses innombrables recommandations, toujours du meilleur goût : 2/ Sinon toujours pour rester dans les trucs un peu caliente, j’ai aussi …
Lire la suite

Michael Mann face à l’océan

C’est un motif récurrent chez le cinéaste, un plan-signature. A un moment ou à un autre les personnages de ses films se tournent vers l’océan et contemplent l’horizon. A quoi pensent-ils ? A leur avenir probablement. Car qu’ils soient policiers ou voleurs, ces personnages ont toujours un futur incertain. La vaste étendue plane et bleue …
Lire la suite

2010-2019 : un tas de tops

L’heure est aux bilans, par ordre de pagaille et avec absence de cohérence : Le Top 5 Ciné de Luvan : 5. Cameraperson, de Kirsten Johnson4. Evolution, de Lucile Hadzihalilovic3. Ida, de Pawlikoski2. L’Incinérateur de Cadavres, de Herz (date de 1969, mais vu ces 10 dernières années pour moi)1. Aniara, de Kagerman et Lilja Le …
Lire la suite

20 films en 20 jours en 1000 signes, ép. 7 : Suspiria x 2 et Altered States

Suspiria de Dario Argento (1977) faisait partie des 106 classiques que j’avais jamais vu tout en ayant toujours prétendu le contraire – vous devriez m’entendre pérorer sur Tarkovski en fin de soirée. 1h50 de TGV Strasbourg-Paris aura suffi à combler cette lacune. On sent qu’Argento se bat les steaks de l’histoire d’académie de danse x …
Lire la suite

20 films en 20 jours en 1000 signes, ép. 6 : Shane Black & Quentin Dupieux

C’est dur de vieillir. The Nice Guys de Shane Black (2017) est l’œuvre d’un vétéran de l’humour boum-boum des 80s, plume des Arme Fatale et Last Action Hero, réal depuis les années 2000 de comédies d’action très oubliables (Kiss Kiss Bang Bang anyone?) Ce film-ci se déroule dans le Hollywood des années 70 et souffre …
Lire la suite

20 films en 20 jours en 1000 signes, ép. 5 : Dilili & Parasite

Dilili à Paris de Michel Ocelot (2018) est un récit imparable qui m’agace un chouia. Il y a un côté proprissime dans ce film d’animation accessibles dès 6 ans, qui réussit le triple tour de force d’être parfaitement écrit, visuellement tip-top et gavé de références. Dans le Paris de 1910, une petite héroïne métisse défait …
Lire la suite