Evil Dead 1 (coffret trilogie)

Après au moins dix ans sans le regarder, j’appréhendais un peu de redécouvrir ce premier Evil Dead, ressorti en début 2020, sur dvd et blu-ray chez L’atelier d’image. Et pourtant, je reste étonné par la maestria de Sam Raimi. Il apporte aux clichés des films d’horreur poussiéreux un véritable renouveau par son sens du cadrage et du montage. Il invente carrément un nouveau langage cinématographique et transforme l’horreur façon papy en quelque chose de très cinétique et dynamique, convoquant le burlesque d’un Buster Keaton. Il utilise de nombreuses techniques : caméra volante, caméra penchée, bruitages surlignant l’action à la façon d’un cartoon. Il exploite chaque recoin de cette cabane au fond des bois, qui semble petite de l’extérieur mais un dédale à l’intérieur.

Si l’humour est très présent et le ton globalement léger, on retiendra cette scène de viol dans les bois par les arbres, aussi bizarre que dérangeante. Un peu plus tard aussi, c’est le cadavre décapité de la chérie qui chevauche le pauvre Ash !

Cet Evil Dead est l’occasion de découvrir un des premiers rôles de Bruce Campbell, tout jeune, tout lisse et tout chevelu et avec bien sûr son menton proéminent. Clairement, son charisme éclipse les autres acteurs, et ses mimiques participent pour beaucoup à ce spectacle de cirque bien gore.

Réalisé en 1981 avec trois bouts de ficelle mais beaucoup d’huile de coude, ce premier Evil Dead constitue une œuvre séminale pour tout un genre. Pourtant, les effets spéciaux sont parfois clairement visibles (ligne de latex sous le menton, prothèses en plastique), les fluides corporels ressemblent souvent à du sirop de grenadine. Mais c’est vraiment la mise en scène qui nous emporte loin dans le délire.

Sam Raimi lui-même se copiera le premier avec Evil Dead 2, simple redite avec beaucoup plus de moyens, et donc de scènes gore rigolotes. Le style Raimi est d’en faire toujours un peu trop, sans trop faire attention au réalisme. L’excès de scènes sanglantes a un but ici purement esthétique, en essayant de créer des tableaux aux couleurs vives et bariolées, qui font contraste avec l’extérieur gris et brun de la forêt la nuit.

Le film est ici proposé dans une très belle copie et surtout dans son format original de 4/3, en 16 mm granuleux mais pas trop. Le remix 5.1 est plutôt discret, ce qui est une bonne chose.

Au niveau des bonus, on est blindés. Il y a des documents de toutes les époques, le film étant devenu culte avec le temps.

La première archive est une émission de télé belge. Le présentateur emploie un ton est un peu condescendant par rapport au film d’horreur mais il reconnait le talent du réalisateur. Sam Raimi, 22 ans, y est interviewé, enthousiaste de présenter son film et de répondre aux questions naïves du journaliste.

Produit par Anchor Bay en 2006, « Tout ce que vous ne savez pas sur la saga Evil Dead » présente des images de making-of et les actrices nous racontent tout un tas d’anecdotes truculentes. On y découvre que les conditions du tournage à l’époque étaient vraiment éprouvantes. Edgar Wright et Eli Roth donnent également leur avis.

En 2001, une nouvelle copie du film est projetée à la cinémathèque d’Hollywood. L’équipe revient une nouvelle fois sur le tournage avec beaucoup d’humour mais si on sent bien que c’était une véritable épreuve.

« A la découverte d’Evil Dead » replace le film dans son époque avec l’apparition des video nasties et le fait que ce film s’incrustait dans une vague « art et essai ».

Il y a un entretien avec tous les acteurs concernant les conventions, auxquels se rendent les fans pour obtenir photos et signatures de leurs idoles. Dans le même genre, on trouve une séance de « Question & Réponses » avec le public mais c’est un peu le cirque entre les blagues, l’ironie, les quiz et Bruce Campbell qui fait son numéro de clown.

Quelques programmes anecdotiques : scènes coupées, tests de maquillage, pages supplémentaires du livre des morts.

0 commentaires sur “Evil Dead 1 (coffret trilogie)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.