La transgression selon David Cronenberg, de Fabien Demangeot

 151 total views,  1 views today

Docteur en lettres modernes et en études cinématographiques, Fabien Demangeot s’attaque à la carrière chargée et hétéroclite de David Cronenberg. L’amateur de bizarreries connaît sans doute déjà bien le cinéaste et les nombreuses analyses sur son travail mais il sera surpris de trouver ici une synthèse claire et une approche originale.

En effet, cet essai se divise en trois catégories de transgressions : corporelles, sexuelles et psychiques. Ces trois ensembles constituent plus ou moins une progression chez le réalisateur canadien. Avec des films d’abord centrés sur le corps, on passe ensuite par la relation entre corps et psychologie (avec Crash en point d’orgue) pour finir sur des œuvres plus figurées et moins organiques. Régulièrement, son roman Consumés est également évoqué.

Après une brève présentation biographique et la description de ses tous premiers courts-métrages, on plonge dans le vif du sujet avec Rage et Frissons. Si ces derniers s’apparentent plus au film d’horreur, Fabien Demangeot montre comment Cronenberg joue avec les codes du genre pour mieux s’en détacher. Ces deux œuvres contiennent déjà les graines qui feront de son cinéma quelque chose d’unique. Plutôt que le gore, c’est le corps qui intéresse le cinéaste. Fusions et mutations, exploration des organes internes, Eros et Thanatos, l’auteur passe en revue toutes les obsessions de David Cronenberg.

On connaît bien les expérimentations de Cronenberg sur le corps mais son approche de la sexualité est plus dissimulée. Fabien Demangeot parvient à mettre des mots sur toutes les allusions et les représentations subtiles de la sexualité à travers ses films. En effet, le réalisateur aborde rarement cette question frontalement et si l’on est troublé sur l’instant par une image ou une scène, l’auteur décrypte en détails tout cela pour nous. Il y est donc particulièrement question du Festin nu et de Crash. On voit au final que le cinéaste a abordé bon nombre de sexualités déviantes et autres paraphilies tout au long de sa carrière !

Dernière partie, les transgressions psychiques font des liens avec les travaux de Freud et évoquent bien sûr les œuvres les plus récentes de sa filmographies : A dangerous method, M. Butterfly, Spider, Maps to the stars.

L’ouvrage est assez court mais balaie finalement toutes les thématiques abordées par David Cronenberg. Il montre à quel point sa filmographie est cohérente et comme chaque film est une nouvelle exploration de questionnements essentiels sur les liens entre le corps et l’esprit.

Edité chez Playlist Society. Publié le 21 janvier 2021 EdPS021 – 14 x 18,3 cm – 144 pages – cinéma / essai

Découvrir les premières pages

0 commentaires sur “La transgression selon David Cronenberg, de Fabien Demangeot”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.