Les sorcières d’Akelarre, de Pablo Agüero

 156 total views,  4 views today

Au Pays basque espagnol, au dix-septième siècle, six jeunes filles d’un village côtier sont arrêtées par un juge et ses acolytes. Elles sont accusées de sorcellerie et vont subir interrogatoires et tortures. Le juge veut extorquer des détails sur le « sabbat des sorcières », une cérémonie où les jeunes femmes invoquent le diable dans la forêt.

Le mythe de la sorcière revient quelque peu sur le devant de la scène depuis quelques années. The Witch (2016) de Robert Eggers, avait marqué les esprits. Ces liens entre sorcellerie, féminité et persécutions ont déjà été explorés par Lars Von Trier dans Antichrist (2009) mais sous une forme détournée. Plus récemment, Robert Zemeckis a fait d’Anne Hathaway une sorcière très inquiétante dans Sacrées Sorcières (2020) adapté de Roald Dahl. Avec Les sorcières d’Akelarre, le réalisateur Pablo Agüero se rattache à des sources historiques plutôt qu’à la figure mythique de la vieille préparant des sorts dans son chaudron. Ici, les créatures dangereuses sont des femmes jeunes, belles et libres.

Rosteguy de Lancre est un magistrat envoyé en mission par Henri IV pour purger le Labourd (pays basque) de ses sorciers et sorcières. En quelques mois, il a organisé des dizaines d’exécutions et consigné par écrit toutes ses enquêtes dans son ouvrage « Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons ». Cette inconstance est sans doute la cause réelle de cette folle persécution. Tout pouvoir quelque peu dictatorial cherche à éliminer les dialectes, les différences et les libertés, afin d’asseoir sa domination sur l’ensemble du territoire. Particulièrement zélé, on se demande aussi si de Lancre n’est pas un psychopathe, particulièrement obsédé par toutes les procédures établies pour démasquer les sorcières.

Extrêmement bien documenté et assisté par des spécialistes, le réalisateur a donc repris à son compte ce fait historique qui s’est déroulé en France. Cependant, il a situé son action dans un lieu différent : le Pays Basque espagnol, simplement à cause d’une histoire de financement ! Cette entorse n’a que peu de gravité car juste de l’autre côté de la frontière avaient lieu les mêmes événements menés par l’Inquisition.

Pablo Agüero est allé jusqu’à imaginer comment pouvait être de Lancre. Il le décrit à la fois fasciné, troublé et contrarié par ces femmes aux mœurs très libres. Comme les hommes étaient en mer pendant une longue période, les femmes du Labourd avaient ainsi plus de pouvoirs et de capacités. Ceci constituait une menace pour l’ordre social établi.

A travers son film, Pablo Agüero souhaite avant tout démonter les ressorts du pouvoir pour mettre en place une domination par le biais de la répression. Plusieurs fois, le juge et ses sbires menacent ceux et celles qui parlent le dialecte local considéré comme « la langue du diable ». Débute alors une joute de fiction entre le juge et les jeunes femmes. Un double langage permet de transformer un fait anodin en signe de présence diabolique. Une chanson devient une invocation, un pique-nique et des danses se transforment en sabbat. Liées par leur sororité, les prisonnières échafaudent des plans pour échapper au bûcher. Un stratagème vise à rentrer dans le jeu des tortionnaires et inventer des histoires de sorcellerie pour gagner du temps.

L’ironie est aussi au centre du film. Ces femmes deviennent des sorcières malgré elles pour échapper à la mort. Alors que l’on croit simplement à un jeu, Ana finit quand même par ensorceler le juge d’une certaine façon. Ce dernier se laisse séduire par la jeune femme particulièrement habile dans ses récits. L’ironie a aussi frappé le film pendant sa phase de préparation. Le projet de Pablo Agüero a été longtemps refusé car il paraissait trop déconnecté de notre monde contemporain. Mais après l’affaire Weinstein et Metoo, c’est le contraire qui se produit. Le réalisateur craint qu’on l’accuse d’avoir fait un pamphlet sur un sujet d’actualité alors que son projet est en maturation depuis des années.

Le film est extrêmement beau et soigné à tous les niveaux. Sa mise en scène dynamique va à l’encontre des canons du film historique en costumes. La lumière, dominée par le feu, magnifie les visages et les corps. On a l’impression d’assister à une successions de tableaux d’époque. De l’insouciance dans la nature, on passe à la violence d’un cachot. On va crescendo vers cette scène finale, le fameux sabbat dont tout le monde parle. A force de l’évoquer, d’imaginer les détails, il devient réel. A l’aide de quelques étonnants stratagèmes, même en tant que spectateur, on en vient à flirter avec le surnaturel.

Le film fonctionne à tous les niveaux : esthétique, politique et historique. Ajoutons à cela un casting parfait d’actrices. Elles ont su rendre crédible leur complicité et leur intimité à travers un esprit de groupe. C’est aussi un thriller qui renouvelle avec brio la figure de la sorcière, sans céder aux clichés habituels.

Le blu-ray contient quelques précieux suppléments. Un entretien avec le réalisateur originaire de Patagonie, qui s’exprime dans un français impeccable, détaille la genèse compliquée du film. Pablo Agüero est passionnant à écouter tant il maîtrise son sujet. Il évoque aussi comment son passé, dans des conditions précaires, a pu influencer le film.

Sur le disque figure également le documentaire Mères des Dieux. Le film fait le portrait de femmes Mapuches, une minorité présente en Argentine et au Chili. On y retrouve un peu les mêmes personnages que dans le long-métrage : des femmes fortes et indépendantes, qui vivent dans des endroits isolés et dans des contextes très difficiles. Chacune s’invente alors des croyances pour tenir le coup.

Les sorcières d’Akelarre (titre original : Akelarre), réalisé par Pablo Agüero, sorti en salles en 2020. Amaia Aberasturi, Àlex Brendemühl, Daniel Fanego, Garazi Urkola, Yune Nogueiras, Jone Laspiur, Irati Saez de Urabain

Disponible en blu-ray et dvd le 7 décembre 2021 chez Blaqout.

0 commentaires sur “Les sorcières d’Akelarre, de Pablo Agüero”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.