Catégorie:

Pays

Meurtre à la mode

Karen, une jolie fille candide, est amoureuse d’un photographe de charme qui lui a promis de l’épouser une fois qu’il aurait divorcé avec sa femme. Mais, confronté à des difficultés financières, il accepte de tourner une commande, un film pour adultes produit par l’énigmatique Otto, personnage fantasque et dérangeant qui collectionne les décès violents dans …
Lire la suite

Stake Land, de Jim Mickle

L’Amérique est une nation perdue. Quand une épidémie de vampirisme frappe le pays, les hommes sont obligés de fuir pour échapper aux bêtes sauvages assoiffées de sang que sont devenus les morts. Les villes ne sont plus que des cimetières et les survivants se rassemblent dans des petits villages, terrifiés à la tombée de la …
Lire la suite

Underwater love (onna no kappa)

D’un point de vue occidental, les Japonais ont un rapport étrange avec les créatures marines, et plus généralement avec les choses de la nature, qu’elles soient animales ou végétales. Dans le folklore nippon, un kappa est un petit esprit de la nature, qui se matérialise sous la forme d’une tortue anthropomorphe. Pour survivre, le kappa …
Lire la suite

Destination finale 5 / Shark 3D

Je ne vais pas me lancer dans une logorrhée contre la 3D et ses effets nuisibles. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le rejet massif des spectateurs envers une technologie pas si nouvelle que ça  s’explique en partie par une utilisation opportuniste et sans grand relief (c’est malin !) du procédé et par la médiocrité des produits proposés. …
Lire la suite

Cannibal Holocaust : le retour en blu-ray

A mi-chemin entre le mondo movie et le film de cannibales, le chef-d’oeuvre de Ruggero Deodato revient en blu-ray. Déjà édité au Royaume-Uni par Shameless, le disque va également sortir en France chez l’éditeur Opening. Le plus étonnant est sans doute le nouveau montage proposé par l’édition anglaise. Plein de regrets, Deodato avoue avoir coupé …
Lire la suite

The devil times five / The killing kind

Artus se lance dans une collection consacrée à l’horreur US 70’s, ce qui ne peut que réjouir l’amateur de pépites introuvables, d’autant que, mise à part quelques films très connus ou cultes, il reste beaucoup de perles à découvrir. L’éditeur qui avait déjà sorti le magnifique Messiah of evil dont on vous avait dit le …
Lire la suite

Drive, de Nicolas Winding Refn

Ne faites pas de ce que dit ce grand maniaco-dépressif d’Hamlet une généralité  : il n’y a pas que du pourri au Royaume de Danemark, il y a aussi Nicolas Winding Refn. Après une trilogie Pusher qui en a estomaqué plus d’un (et révélé Mads Mikkelsen), suivi d’un Bronson et un Valhalla Rising  plus discutés …
Lire la suite

Prime Cut de Michael Ritchie

Sec comme un coup de trique, Prime Cut s’inscrit dans la lignée des polars violents des années 70. Le récit est très simple et outre son intrigue opposant deux gangsters, l’intérêt du film vient de plusieurs bizarreries détaillée plus bas. Nick Devlin, un tueur à gage de Chicago, est chargé de récupérer de l’argent chez …
Lire la suite

Heartless, de Philip Ridley

Trois films en vingt ans, on ne peut pas dire que le réalisateur britannique soit très prolifique. Scénariste pour le théâtre, peintre et romancier, Philip Ridley a tout simplement du mal à trouver des financements pour ses films. Jamie a une grosse tâche de naissance sur le visage et une autre qui lui recouvre l’épaule. …
Lire la suite

Grace, de Paul Solet

Décidément la malédiction du festival de Gérardmer persiste et dure. Les meilleurs films de la compétition se retrouvent systématiquement au placard et ne bénéficient plus de sorties en salles. Après Stuck, Triangle et Dream home pour n’en citer que quelques uns, c’est au tour de Grace d’en faire les frais. Bonne nouvelle : le film est disponible …
Lire la suite