Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg

 2,320 total views,  17 views today

JOUR 2

Autour de Vinyan. Rencontre avec Fabrice Du Welz.

Comment vous est venue l’idée de Vinyan ?

Je voulais faire une version des Révoltés de l’an 2000, le film espagnol avec des enfants tueurs. Mais il y a eu des problèmes juridiques, un problème de droits, qui bloquait le projet. Puis, il y a eu le Tsunami… C’est le point de départ.

Pouvez-vous nous parler de l’élaboration du scénario ?

Il a été fait en plusieurs étapes. Une première partie a déjà été écrite puis je suis parti en Thaïlande. C’est une autre planète. Les gens là-bas sont tellement différents avec une façon de voir la vie, la mort, la sexualité… tellement différente. Pour eux, tout se confonds, la vie étant un cycle… Prenons le Bouddhisme… Ces gens n’ont pas de notions judéo-chrétiennes. Quand vous leur parlez, ils ont toujours des « blancs » mystérieux dans leurs réactions.
Avec Vinyan, j’ai voulu faire une métaphore sur le deuil et une expérience sensitive. Une métaphore d’un drame humain. C’est une sorte de quête d’un enfant fantomatique. Je voulais surtout montrer un choc des cultures, avec ces occidentaux s’enfonçant dans un environnement de plus en plus hostile. Ce couple est perdu, ils sont dans le déni de la mort et ils en deviennent des âmes errantes… Des Vinyan…

Si nous parlions de vos influences. Heart of Darkness de Joseph Conrad en serait-il une ?

Bien sûr. Il y a même une scène de fleuve. Mais il y a aussi Chromosome 3, Les Révoltés, pleins d’autres… Il y a de nombreuses inspirations mais je n’ai pas été référentiel sur Vinyan contrairement à Calvaire qui était un hommage à Massacre à la Tronçonneuse.

Vous ne vous êtes pas principalement inspiré de Ne vous retournez pas de Nicholas Roeg ?

Non, c’est vraiment très différent.

Vous avez une volonté de remuer le spectateur avec Vinyan ?

On a toujours une empathie avec les personnages. C’est un jeu de miroirs. Pour Vinyan, je voulais une expérience immersive, tripale, qui peut déstabiliser. Une ambiance post-apocalyptique. Je sais que tout le monde n’y plongera pas. On est soit dedans, soit dehors.

Vous désirez faire une adaptation de L’Île aux trente cercueils de Maurice Leblanc. Vous connaissez sans doute l’adaptation de 1979, en plusieurs épisodes.

Ho oui ! Je réfléchis à l’adaptation du roman depuis quatre ans, au moins. J’ai eu l’inconscient marqué au fer rouge par le téléfilm, comme d’autres de mon âge qui l’ont vu à la télévision. C’était en six épisodes. Ma première grosse frayeur devant un écran ! Maintenant, c’est irregardable mais ça m’a donné envie de lire le livre. Il est assez daté, un roman d’une autre époque, mais j’y vois l’occasion de réaliser un film gothique moderne et populaire. Du fantastique mythologique. De toute manière, on n’a pas trente-six directions avec le fantastique. Soit le merveilleux, soit le fantastique « réaliste ». Sur mon prochain, j’espère faire du « réalisme magique ».

Cela se déroulerait à l’époque du livre ?

Oui. Au 19ème siècle.

Merci beaucoup pour cet entretien. J’espère que vous parviendrez à réaliser cette adaptation.

Propos recueillis par Udéka

Sommaire

6 commentaires sur “Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg”
  1. Impatiente de découvrir l’œuvre cinématographique de monsieur Fabrice Du Welz, que je ne connaissais pas auparavant. Et tout particulièrement Vynian, dont la bande annonce est tout simplement formidable et attractive !

  2. Pour Udeka:

    Si tout va bien, viendra un jour où tu en apprendras plus sur le village de DEAD BONES… 😉

  3. J’ai maté ROCHES ROUGES! Sans doute le meilleur court de genre que j’ai vu depuis bien longtemps! Enfin une vraie histoire servie par de vrais comédiens! Une réal nerveuse et la musique cartonne! Non, franchement, ça tape dur! Certaines scènes foutent vraiment mal à l’aise…

    Pour BLOODY CURRENT EXCHANGE, c’est la seconde fois que je le vois. Une ambiance soignée, mais l’histoire, j’y pige rien, et c’est quand même un peu long. En revanche, Philippe Nahon est énorme! Le vrai atout du film?

  4. La course à la mort : assez bon film d’action de type fast and furious en futuriste et plus pyrotechnique. Je ne me suis pas ennuyé. Les perso sont tous originaux (ah la directrice de la prison super polie/pincée/coincée qui crache 10 jurons dans le dernier plan). Les bagnoles sont aussi bien foutues et surarmées. Les cascades sont originales et les rebondissements nombreux.
    Ca reste bien sûr totalement décérébré et ç’aurait été mieux si le cadreur n’avait pas bu 10 litres de Red Bull. La caméra est sécouée inutilement pour faire style « ça va vite ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.